Bernard Joannin

Alors que de multiples plans de reprises sont actuellement envisagés, les acteurs du football français demeurent inquiets quant aux conséquences de l’arrêt du championnat de France de raison de la pandémie du Covid-19.

Un vrai risque économique 

A la tête d’un club pour qui les droits TV représentent 80% des revenus, Bernard Joannin est bien conscient que la reprise du championnat de France, une fois le virus éradiqué du territoire nationale, s’avère vitale pour l’ensemble des clubs français, à commencer par les plus petits comme l’Amiens SC. « Ce sera à l’actionnaire de jouer son rôle, assume le président du club dans un entretien accordé à nos confrères d’Eurosport. J’ai une entreprise en parallèle avec 1200 personnes. Elles sont toutes au chômage partiel. La crise est partout. On a toujours eu une gestion de père de famille, on n’a jamais dépensé l’argent que nous n’avions pas. Bien sûr que ça va nous impacter. Les pertes sont chiffrées entre 3 et 5 millions. Ce sera à l’actionnaire de faire face à cette responsabilité. »

Une situation d’autant plus périlleuse pour l’Amiens SC, actuel premier relégable de Ligue 1, et donc pour lequel une véritable incertitude sportive se superpose à un risque concret de fragilité sur le plan économique. Loin d’être idéal pour un club qui vit seulement sa troisième saison au sein de l’élite du football français.

Source : Eurosport

A lire aussi : 

Bernard Joannin (Amiens SC) : « Il faut se rassembler et ne pas polémiquer »

Amiens SC : Luka Elsner « ne se dit pas qu’il a la science infuse »

Laisser un commentaire