Après quinze jours de négociations et de réflexions, Bernard Joannin a fini par faire confiance à Oswald Tanchot, nommé dans un premier temps à titre intérimaire suite au limogeage de Luka Elsner. Convaincu par le profil et le discours de l’ancien entraîneur du Havre, le président de l’Amiens SC a le sentiment de pouvoir « réécrire une belle histoire. » Entretien.

Publicité


Pourquoi avoir choisi Oswald Tanchot ? 

J’ai trouvé, après avoir consulté, qu’il était la pièce qui manquait au puzzle pour qu’on retrouve cet élan, cette dynamique que nous avions construite il y a cinq ans. Oswald et moi avons l’habitude, quand on prend des décisions, de bien définir les contours de cette décision. Le plus important était de savoir si nous partagions les mêmes valeurs et si nous avions la même conception d’un club de foot professionnel. C’est vrai qu’on a, Oswald confirmera, passé pas mal de temps à discuter de ces choses-là. C’était plutôt rassurant qu’un de mes futurs cadres supérieurs insiste autant sur ça. Je souhaite que l’on reparte d’une page blanche, les traumatismes étant passés. Tournons la page et écrivons une nouvelle aventure humaine, avec des personnes déjà au club, d’autres qui viennent d’arriver, comme Oswald. On a la volonté d’écrire une belle histoire. Il nous faudra de la patience.

Publicité


Le délai avant d’officialiser, votre volonté de rechercher un numéro 1 après le limogeage de Luka Elsner peut laisser penser qu’Oswald Tanchot est un choix par défaut…

Quand je recherchais un coach, la recherche pouvait être externe ou interne. Oswald (Tanchot) faisait partie de ma réflexion et les échanges qu’on a eus m’ont convaincu que c’était l’homme de la situation. Cela aurait été irresponsable de ma part de ne pas consulter. Quand on recherche un cadre supérieur, on regarde ce que le marché peut proposer puis on fait un choix parmi une large palette, pour voir la personne qui va le plus s’adapter à votre personnalité et à la structure d’entreprise. Tout naturellement, Oswald a suivi la même trajectoire que nous, étant entraîneur au Poirée-sur-Vie, puis un club professionnel de Ligue 2, avec lequel il a manqué l’accession de peu. La nôtre s’est jouée à la dernière seconde, lui elle s’est jouée sur un car agressé par des fous furieux. Qui était le plus fort ? Amiens qui monte à la dernière minute ou Le Havre qui a perdu sur le terrain administratif ? On ne peut pas le dire. Le parcours d’Oswald, ses valeurs humaines, ses valeurs morales, ont fait que naturellement ce choix s’est dégagé.

Publicité


Cela vous rappelle-t-il quelqu’un ? 

Oswald me rappelle les gens que j’aime !

Avez-vous fixé un objectif à Oswald Tanchot ? 

L’objectif chiffré est qu’Amiens se maintienne en Ligue 2, c’est assez clair. Pour le reste, les victoires ne se décrètent pas, elles se construisent. On va donc laisser Oswald avec tout son staff, avec les joueurs, se construire, retrouver cette confiance. On a du matériel de qualité en tout cas, je suis confiant.

Propos recueillis par Romain PECHON

A lire aussi : 

Oswald Tanchot (Amiens SC) : « Conscient de la responsabilité qu’on me donne »

Bernard Joannin (Amiens SC) : « Oswald est notre choix »

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments