Entretien #Le11 – Cantonné à un rôle de remplaçant depuis le début de saison, Bongani Zungu n’en demeure pas moins enthousiaste sur l’Amiens SC version Luka Elsner. Pour l’international sud-africain, le club picard peut faire encore mieux qu’il y a deux ans, à savoir une treizième place, et ne s’interdit pas de pouvoir soulever un trophée. 

Comment jugez-vous le début de saison de l’Amiens SC, qui compte seize points après douze journées ?

L’équipe a fait de bonnes choses jusqu’à présent. Il y a des matches que l’on aurait dû gagner, comme à Saint-Etienne, où l’on avait une chance de tuer la partie. Mais quand je regarde le classement, je suis très content pour l’équipe. Bien sûr, il y a toujours de la place pour s’améliorer mais, jusqu’ici, la saison est bonne.

Surtout après avoir rencontré de sérieux adversaires sur les derniers matches…

On a joué des équipes qui sont Top 6 ou 7 et on était bon contre eux. On doit continuer à travailler, rester humbles et on arrive à avoir encore plus de points, je l’espère.

Avez-vous le sentiment d’être bien plus forts que les deux saisons précédentes ? 

On a un très bon coach, avec beaucoup de caractère, et des joueurs de qualité. Les remplaçants font du très bon travail quand ils entrent en jeu, ce qui montre la profondeur de l’équipe. Je veux donner énormément de crédit au coach parce qu’avec un effectif aussi étoffé et avec autant de qualité, il parvient à rendre tout le monde satisfait et impliqué. Ça donne encore plus de motivation pour travailler.

Je veux donner énormément de crédit au coach parce qu’avec un effectif aussi étoffé et avec autant de qualité, il parvient à rendre tout le monde satisfait et impliqué.

Comment décririez-vous le style de jeu et le management de Luka Elsner ?

Il nous incite toujours à jouer. Parfois, en match, c’est différent et on doit jouer en transition, ce qui est normal. Mais la première fois qu’il nous a parlé, il a été clair sur le fait qu’il veut jouer un beau football et un jeu direct. Jusqu’ici, sur une grande majorité de nos matches, on a joué comme il le voulait donc c’est plutôt bon.

Aimez-vous ce style de jeu ?

Personnellement, je suis un joueur qui préfère avoir le ballon, donc j’aime ce style de jeu, oui.

Beaucoup d’observateurs vantent le jeu pratiqué par Amiens depuis le début de saison. Trouvez-vous qu’il y a un vrai changement avec les saisons précédentes ? 

Les entraîneurs sont différents. Le coach Pélissier avait sa propre philosophie, son propre style de jeu qui marchait pour lui. Le nouvel entraîneur est là avec sa philosophie, sa volonté de nous faire jouer et la réponse du groupe est bonne.

@Crédits photo : Amiens SC officiel

Contre Brest, vous n’avez pas livré votre meilleur match de la saison mais cela a suffi pour obtenir un précieux succès. Il faut aussi savoir gagner ce genre de match…

On a montré beaucoup de personnalité et de caractère pour gagner ce match. Le coach nous a dit que sur certains matches il faudra faire ça pour avoir un résultat parce qu’on ne jouera pas forcément bien, mais le plus important est de prendre des points. Contre Brest, on sait tous que l’on n’a pas très bien joué mais on retient le positif : on a pris les trois points.

On vous a vu quitter le terrain assez énervé, après avoir reçu un carton jaune. Que s’est-il passé à ce moment-là ? 

J’étais assez énervé envers un joueur adverse parce qu’il a été agressif envers moi et m’a dit des mots grossiers. J’ai perdu mon sang-froid et ce n’est pas bien de ma part. C’était de la frustration, mais quand je suis resté aux vestiaires, mes coéquipiers me disaient qu’on avait les trois points, et c’est le plus important.

L’équipe reste sur six matches sans défaite toutes compétitions confondues, cela amène forcément de la confiance au sein du groupe…

Bien sûr ! C’est grâce à cette série qu’on est là. La confiance augmente, l’atmosphère est meilleure, la confiance du coach envers les joueurs s’améliore également. C’est un très bon début de saison, et on espère pouvoir continuer là-dessus.

La frustration sera toujours là si l’on ne joue pas mais il faut montrer au coach que l’on peut jouer.

Et pourtant vous avez perdu des cadres avec les blessures de Prince et Moussa et la suspension de Saman. Comment avez-vous vécu ces pertes fondamentales en tout début de saison ?

On donne tout le crédit au coach ! Ça me fait penser au cas d’Arturo Calabresi. Quand il est arrivé, c’était en tant que défenseur central, mais il a réussi à le faire performer en tant qu’arrière droit quand Christophe Jallet était blessé. On a de la profondeur dans l’équipe et de la qualité. Il y a même un match où Alexis Blin a joué en défense centrale ! On a de très bons joueurs qui sont polyvalents. Avoir un coach capable de gérer tout ça, c’est très important. Au milieu de terrain, par exemple, on est quatre, et avec les qualités de chacun, on fait tous de bons matches quand on est sur le terrain. C’est un stress positif pour le coach parce qu’il sait que peu importe qui sera sur le terrain, on fera ce qu’il faut. A l’entraînement, tout le monde travaille dur parce qu’on veut tous jouer. C’est une concurrence très saine qui aide tout le monde à progresser. C’est toujours bien de donner un stress positif.

Après le match de coupe contre Angers, vous parliez de « donner des migraines », c’est ce que vous faîtes au milieu de terrain, avec Alexis, Eddy et Thomas…

Après ce match, j’avais le sentiment que l’on avait fait un bon match et que tous ceux qui ont joué avaient réussi à garder un bon niveau d’intensité, surtout avec le ballon. Passer de 0-1 à 2-1, puis marquer après leur égalisation, ça montrait que tout le monde a faim de temps de jeu ce qui est bon pour l’équipe et l’entraîneur. Il sait qu’il peut faire confiance à tout le monde.

Sentez-vous quelques signes de frustration parmi ceux qui jouent moins ?

La frustration sera toujours là si l’on ne joue pas mais il faut montrer au coach que l’on peut jouer. Il sait parler aux joueurs et leur faire comprendre les choses. Il nous gère très bien, il sait faire en sorte que l’on garde la tête haute malgré la frustration. Il sait nous motiver pour que l’on soit toujours présent et que l’on travaille pour être performant quand on a la chance de jouer.

Amiens SC entraînement Zungu
Bongani est même prêt à mettre les gants pour aider l’Amiens SC à atteindre ses objectifs.

C’est votre troisième saison en Ligue 1, quel regard portez-vous sur ce championnat ? 

Il y a beaucoup de qualités dans ce championnat. C’est serré au classement et on peut se retrouver sixième en gagnant deux matches ! Quand on voit qu’une équipe comme Monaco, qui a de la qualité, a des difficultés… C’est dur parce que chaque équipe a sa manière de jouer et qui l’on rencontre n’a pas d’importance, on l’a vu avec Dijon contre le PSG. Tout le monde peut battre tout le monde et ça aide à la progression des joueurs. Depuis que je suis arrivé, je prends du plaisir, malgré ma blessure de l’an dernier. Ce championnat m’aide quand je me retourne en sélection parce que je suis mieux dans mon jeu et dans ma forme physique. Ce n’est pas un championnat facile mais il aide à se renforcer mentalement et physiquement. Pour pouvoir jouer en Ligue 1, il faut être prêt physiquement parce que les adversaires le sont et font beaucoup d’efforts physiques.

Etes-vous surpris par l’homogénéité extrême du championnat de France, cette saison ? 

C’est surprenant ! On n’a pas perdu depuis cinq matches mais on n’a pas beaucoup d’avance tellement le championnat est serré. Il faut que l’on continue sur ce que l’on fait pour remporter les prochains matches.

Pensez-vous qu’Amiens peut viser mieux qu’un simple maintien cette saison ? 

On a les qualités pour ça. Les dirigeants font tout pour nous aider, le coach a été clair sur ses ambitions. Il n’est pas venu pour simplement se maintenir. Je pense que l’on peut finir à une bonne place, plus haute qu’il y a deux ans parce que tous les ans, Amiens évolue, et a même réussi à attirer de bons joueurs de Bundesliga, d’Italie.

J’espère que l’on pourra rendre ce soutien des dirigeants en gagnant peut-être un trophée.

Justement, comment jugez-vous l’évolution du club depuis votre arrivée ?

C’est une évolution très positive. Le club a une excellente vision sur ce qu’il veut faire. C’est très excitant et très intéressant, en tant que joueur, de venir ici. J’aime la façon dont le club est dirigé. Depuis que je suis arrivé, je vois le club grandir de belle façon.

C’est tout un club qui se démène depuis plusieurs années pour que l’expérience Ligue 1 soit une réussite…

Bien sûr, ça ne vient pas juste des joueurs ! Nos dirigeants veulent que l’on réussisse et que l’on accomplisse quelque chose de beau. On veut grandir dans un environnement où l’on est en confiance, dans une équipe qui nous amène de la qualité. J’espère que l’on pourra rendre ce soutien des dirigeants en gagnant peut-être un trophée. Ce serait très beau parce que tous les joueurs qui passent ici progressent et sont à un bon niveau, même ceux qui étaient dans les divisions plus basses. Je suis très confiant sur l’équipe et le club, et je pense que l’on fera bien mieux cette saison au regard du coach, du staff, des joueurs et de la mentalité que l’on a. Tout le monde fait des efforts incroyables sur les entraînements, en mettant beaucoup d’intensité, on s’encourage, c’est vraiment très positif.

Propos recueillis par Adrien ROCHER et Romain PECHON

A lire aussi : 

Bongani Zungu (Amiens SC) : « Donner des migraines au coach ! »

Exclu #Le11 – Pierre Ménès : « En aucun cas, Amiens est un faux club »

Laisser un commentaire