Bruno Brongniart : « Il n’y a pas de favoritisme »

Bruno Brongniart (au centre) lors de la pose de la première pierre du nouveau centre technique régional à Amiens

Alors que les clubs samariens ont parfois le sentiment d’être défavorisés, le président de la Ligue de Football des Hauts-de-France est monté au créneau, au micro de nos confrères de France Bleu Picardie, pour réfuter cette thèse. 

Les Picards doivent prendre le wagon en marche

Depuis la fusion des Ligues du Nord-Pas-de-Calais et de Picardie sous l’entité Ligue des Hauts-de-France, certains clubs picards ont exprimé leur colère à propos de certaines décisions prises par l’instance, notamment au sujet des relégations administratives de l’AC Amiens (b), de l’US Camon et de l’ESC Longueau en Régional 2, ou bien encore à l’encontre d’un arbitrage jugé trop partial lors des affrontements entre Nordistes et Picards. « Il n’y a pas de favoritisme du tout, réfute Bruno Brongniart. Après, les résultats sportifs sont ce qu’ils sont. Même si on s’aperçoit qu’au niveau National il y a autant de Picards que de Nordistes. »

S’il est vrai que les trois principaux candidats à la montée en National 2 sont Picards, avec Saint-Quentin, Beauvais et l’AC Amiens, la donne est bien différente en Régional 1. « Les clubs du Nord-Pas-de-Calais sont mieux structurés, ils ont plus d’équipements intéressants comme les synthétiques et cela se ressent dans les résultats du dimanche, analyse le président de la LFHF. Il faut donc secouer un peu les politiques picards pour obtenir les équipements qui permettront de lutter avec les clubs du Nord. » En attendant, les clubs picards semblent payer leur retard à l’allumage. « C’est un état de fait et il faut le prendre en compte, poursuit Brongniart. Maintenant, il faut essayer de le faire évoluer. »

Et pour cela, le boss du football régional met les clubs devant leurs responsabilités : « La Ligue peut les aider à monter des dossiers par contre ce n’est pas notre rôle de les aider financièrement. On n’est pas là pour subventionner des collectivités. Avant d’être élu président de la Ligue, j’étais président d’un district qui était absorbé. J’étais donc dans la même situation que les Picards aujourd’hui. Ce n’est pas pour autant que j’étais pessimiste. J’y suis allé avec la ferme volonté de participer à la création de quelque chose de nouveau. C’est ce qu’on est en train de faire. On ne fait pas ça dans le dos des Picards. Dans le conseil de Ligue, ils sont présents, ils participent et tiennent leur place. »

Source : France Bleu Picardie

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Hervé Lybohy : « Amiens mérite de rester en Ligue 1 »

Amateur : Élisez le joueur du mois de février