Décisif lors des deux rencontres disputées par l’Amiens SC cette saison, Chadrac Akolo veut continuer sur cette lancée dès demain soir, à domicile, contre Nantes. Et espère que l’ASC sera impérial cette saison au stade Crédit Agricole la Licorne.

Chadrac Akolo, la victoire contre Lille a-t-elle apporté de la confiance ? Facilite-t-elle les choses dans le jeu ?

Elle est importante parce que c’était à domicile mais on ne se met pas de pression. On n’a rien à prouver par rapport à ça donc il faut aborder ce match comme on a abordé celui de la semaine passée.

Avec un but et une passe décisive, vos débuts sont bons…

Pour l’instant, oui, mais je ne fais pas vraiment attention aux choses individuelles. Je pense être un joueur de groupe donc tant que ça apporte à l’équipe, c’est le plus important.

Vous vous sentez bien dans ce groupe ?

Très très bien ! On a une bonne bande de potes, on se marre bien et c’est plus facile avec la langue. En Allemagne, je ne comprenais pas tellement ce qu’il se disait et ici c’est plus facile pour se comprendre.

Et vous avez retrouvé Moussa, avec qui vous étiez à Sion…

J’ai toujours été en contact avec lui, c’est quelqu’un de bien ! Il m’avait beaucoup aidé quand je venais du centre de formation à Sion et je suis content de le retrouver ici.

Vous découvrez la Ligue 1, est-ce que c’est un championnat plus adapté à vos qualités ?

Je dois encore m’adapter à ce championnat, je viens seulement d’arriver donc il ne faut pas que je brûle les étapes. Il ne faut pas que je crois que c’est acquis. Après deux journées, il n’y a pas de quoi vraiment s’enflammer. Je vais encore continuer à découvrir la Ligue 1 et j’ai surtout hâte d’enchaîner des matches avec l’équipe, c’est ce qui m’importe le plus.

On a vu plus de folie contre Lille que contre Nice ou Leganes. Ça vous a rassuré ce match ?

Peut-être parce que c’était le premier match à domicile. On essaye d’animer offensivement parce que si on arrive à bien travailler défensivement aussi, ce sera bénéfique pour l’équipe. On a des joueurs pour faire la différence, même sur le banc donc sur ça, on ne se fait pas vraiment de souci. Offensivement, il y a assez de monde pour animer.

Jouer à domicile, ça vous a donc apporté un surplus de motivation…

Oui ! C’était important de donner de bons signaux, surtout aux supporters, mais aussi à la Ligue. Il faut faire savoir que quand une équipe vient ici, elle ne vient pas jouer contre des plots et ce ne sera pas facile pour elle. S’ils viennent ici, il faudra venir nous chercher. Pour moi, c’était ça le signal.

Il fallait marquer les esprits dès le début de saison ?

Si l’on veut, oui. Je veux surtout qu’on rende la tâche très difficile à tous les clubs qui essaieront de venir nous chercher chez nous, cette saison.

Beaucoup de clubs considèrent encore Amiens comme un petit…

C’est ce que j’ai lu, mais je connais la qualité du groupe et je ne suis pas tellement d’accord. Ce n’est pas vraiment à moi de prouver ça à qui que ce soit, mais c’est pour ça que je veux que les gens viennent ici pour voir s’ils jouent contre des plots. Il faut le prouver sur le terrain.

Propos recueillis par Romain PECHON avec Adrien ROCHER

Laisser un commentaire