Troisième de Ligue 2, avec respectivement un point de retard sur Lens et deux sur Lorient, les deux promus, l’AC Ajaccio est l’autre grand perdant de l’arrêt définitif de la saison 2019/2020 et des décisions prises par le conseil d’administration de la LFP. De quoi amener le club corse à déposer un recours auprès du Conseil d’Etat, pour plaider sa réintégration en Ligue 1 mais aussi (et surtout) obtenir une compensation financière. 

Publicité

Ajaccio ne compte pas « se laisser berner »

Estimant « que les clubs d’Ajaccio, de Troyes et de Clermont sont les dindons de la farce« , Christian Leca, le président du club corse, a fait part de son incompréhension à propos des décisions prises par les décideurs du football français lors d’une interview accordée à nos confrères de MaLigue2. « Cela m’interpelle profondément que l’on ne parle jamais des barrages et play-offs. J’ai envoyé un courrier le 29 avril à la présidente de la LFP, en lui proposant de jouer les barrages, si cela été possible, compte tenu de l’évolution future de la pandémie, précise-t-il. J’ai proposé, en deuxième niveau, d’accéder directement à la Ligue 1 en appliquant le règlement antérieur. Cela a été balayé d’un revers de main, lors de l’Assemblée générale de la LFP du 20 mai, cela a fait pschitt. Aucune réponse. Je n’arrive pas à comprendre cette attitude. »

Publicité

Dès lors, le club d’Ajaccio a décidé de saisir le Conseil d’Etat, après avoir été débouté par le CNOSF à propos de sa demande de conciliation avec la Ligue : « Je n’aime pas me laisser berner, d’où le recours. Si on me donne les raisons, pas de souci. J’irai au Conseil d’Etat. Par contre, le CNOSF a évoqué le principe juridique de perte de chance, car on nous a empêchés, je suppose involontaire, de disputer nos chances d’accession en jouant un barrage entre le 18e de Ligue 1 et le 3e de Ligue 2. Cela aurait pu être Troyes ou Clermont. Je n’en fais pas une question de principe. On est pénalisé sportivement et financièrement pour être privé d’accès possible à la Ligue 1. On va demander une indemnisation probable et possible devant le Conseil d’Etat. Et de faire infléchir, pourquoi pas, la décision d’accession en Ligue 1. »

Publicité

Source : MaLigue2

A lire aussi : 

Noël le Graët (FFF) : « On est justes dans nos décisions »

Dominique Flahaut (Amiens Montières) : « Je n’ai plus aucun espoir, sauf si l’ASC gagne son combat ! »

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !

Laisser un commentaire