Venu à Amiens pour relever un ultime défi en Ligue 1, Christophe Jallet ne compte pas terminer sur une descente décidée à dix journées du terme de la saison. Pour l’ancien international, il est nécessaire de se battre jusqu’au bout pour obtenir gain de cause à propos d’une Ligue 1 à 22 clubs.

Publicité

Déterminé à se battre

« A Amiens, nous ne sommes pas résignés ! On est très en colère, remonté et on a envie de se battre. Tout le monde est d’accord sur le manque d’équité sportive, sur le fait que ce soit une injustice qui va bannir des clubs de l’élite. A partir du moment où un championnat fait 38 journées, on ne peut pas acter des choses après 28 journées, à dix matches de la fin, que deux équipes descendent. C’est assez compliqué de se dire qu’une décision rapide a été prise pour ça. On savait qu’on allait se battre pour le maintien, c’est notre objectif de départ. Durant la saison, on essaie de tout mettre en oeuvre pour y parvenir. C’est vrai qu’on a fait des matches pourris, qu’on a perdus des points bêtes, qu’on aurait pu faire bien mieux que d’être 19e à la 28e journée. Maintenant, le championnat est un marathon, c’est 38 journées, on sait aussi qu’Amiens a dans son ADN une faculté à terminer fort ses saisons. »

Publicité

Un sort particulier réservé à Amiens

« Avant le confinement, on s’était réunis pour tout mettre en oeuvre pour aborder de la meilleure des façons les dix derniers matches, sachant qu’on avait quasiment joué tous les gros du championnat. On s’était dit qu’on avait vraiment notre carte à jouer. Sportivement, on nous enlève cette chance, c’est ce qu’il y a de pire pour un sportif de haut niveau. On vit un peu un délit de sale gueule, on se dit que c’est plus facile d’envoyer l’Amiens SC en Ligue 2 que si ça avait été Saint-Etienne ou Monaco. Les décisions auraient été prises différemment, avec plus de temps de réflexion pour être sûr de prendre les bonnes décisions. Quand c’est nous à leur place, ça fait moins mal à tout le monde. »

Publicité

Source : Amiens SC Football

A lire aussi : 

Thomas Monconduit : « Je ne comprends toujours pas »

Luka Elsner : « On a quand même une part de responsabilité »

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !

Laisser un commentaire