Christophe Pélissier : « C’est un très gros soulagement »

Amiens SC Lyon Pélissier Conférence de presse mercato

S’il est conscient que tout n’a pas été parfait, Christophe Pélissier était très heureux de voir son équipe mettre fin à la spirale négative contre Caen, un concurrent direct au maintien. 

Une victoire importante

« Soulagé est un bon mot. On avait à cœur de casser cette spirale, même si on avait joué les trois premiers du classement durant le mois de janvier. Ce soir, c’était très important de le faire et de prendre les trois points contre un concurrent direct. C’est un très gros soulagement. »

Un scénario prévisible

« Quand on est au fond du classement, il faut aller à l’essentiel. On avait beaucoup travaillé les coups de pied arrêtés. Cela bascule souvent là-dessus sur ce genre de match car les équipes sont en manque de confiance dans le jeu. On marque sur une combinaison qu’on avait beaucoup travaillé, encore ce matin lors du réveil musculaire. C’est aussi un symbole de voir Moussa (Konaté) aller au bout de lui-même pour sa première titularisation en nous offrant les trois points. À la mi-temps, il nous a alerté, il devait sortir avant le corner. C’est peut-être un signe. »

L’approche du match

« C’était un risque de mettre d’entrée Saman (Ghoddos), qui revenait de la Coupe d’Asie, Serhou (Guirassy), qui n’avait pas joué depuis six mois et Moussa (Konaté), qui revient de blessure. Je n’avais finalement que Cheick (Timité) sur le banc mais l’idée était d’envoyer le message qu’on jouerait avec quatre attaquants. Dès dimanche, je savais qu’on jouerait comme ça et c’est quelque chose qui peut se reproduire. »

Un choix assumé

« On a perdu un peu l’équilibre par rapport aux derniers matches mais c’était le prix à payer pour envoyer un signal à mon groupe. Nous avons joué ce match pour le gagner. On faisait de bonnes choses mais on avait du mal dans les trente derniers mètres, il fallait donc changer notre façon de jouer, en jouant plus direct et en ayant plus de poids devant. On savait que la fin serait compliquée mais tout le monde a été chercher ces trois points à l’énergie. Maintenant, il faudra encore six victoires pour se maintenir. »

Propos recueillis par Romain PECHON

Laisser un commentaire