Christophe Pélissier : « Dire que l’on n’est pas stressé, ce serait mentir »

Christophe Pélissier Amiens SC

Invité de l’émission Team Duga sur RMC ce jeudi soir, Christophe Pélissier a évoqué l’actualité chaude de l’Amiens SC, en lice pour un maintien en Ligue 1.

L’état d’esprit avant Monaco

Dire que l’on n’est pas stressé ou inquiet, ce serait mentir. Jouer Monaco en ayant deux points d’avance et en jouant le même objectif qu’eux avec l’effectif qu’ils ont et le budget, c’est un peu bizarre. On est prêt depuis la première journée à jouer cette bataille du maintien. J’avais même dit que ça allait surement se jouer sur le dernier match contre Guingamp. Je ne suis pas loin de la vérité, à moins que l’on gagne à Monaco et ce sera fini pour nous.

Une avance moins importante

Oui, et c’est là qu’il fallait faire attention. J’ai averti beaucoup l’environnement du club et de l’extérieur que l’on avait sept points à un moment donné mais qu’il ne fallait surtout pas dormir car quand on est Amiens, on n’a pas de marge et qu’il faut être tout le temps à 110%, 120% pour être performant en Ligue 1. Il y a eu quelques blessures, notamment dans le domaine offensif, qui nous ont fait très mal. On se retrouve sur nos huit derniers matches à avoir fait sept matches nuls. La différence se fait là. Le week-end dernier contre Toulouse, on centre 27 fois, on frappe 18 fois au but, et on n’arrive pas à marquer avec 77% de possession. C’est frustrant car dans l’état d’esprit, l’envie, la solidarité, il n’y a pas grand chose à reprocher aux joueurs. Dans le dernier geste, dans la spontanéité que l’on doit avoir devant le but, c’est vrai que la confiance n’étant pas là aussi, c’est plus compliqué. On a deux matches, Monaco et Guingamp, on est premier de notre classement, je leur dis qu’on est premier des cinq dernières équipes avec deux points d’avance, donc il faut finir dans les deux premiers pour être champion.

Des guerriers à Monaco ? 

De toute façon, c’est notre ADN. Face à Monaco et aux joueurs qui composent cette équipe, c’est sûr qu’il va falloir qu’on soit très bon là-dessus, comme on l’a été dernièrement. Sur les derniers matches, on fait nul contre Saint-Étienne, contre Montpellier, qui sont des équipes qui jouent l’Europe et qui sont bien supérieures à nous mais on a pu gêner leurs qualités. On espère que l’on pourra faire de même à Monaco, samedi.

Une deuxième année plus difficile 

Lors de la première année, avec la dynamique de la montée, on s’est maintenu assez facilement. La deuxième saison est difficile pour beaucoup de monde mais encore une fois, moi je dis qu’Amiens est seizième avec deux points d’avance sur le premier relégable. On est dans notre tableau de marche, il ne faut pas non plus se prendre pour d’autres. On a perdu des joueurs très importants dans le domaine offensif qui nous avaient permis de transformer les matches nuls que l’on fait à l’heure actuelle en victoire, parce qu’on avait peut-être un peu plus de talent aussi.

Son avenir à Amiens

On n’en parle pas. Et puis, personne ne communique avec moi donc je vais faire mes deux matches et on verra. On s’est dit que, d’abord, on devait obtenir le maintien et une fois qu’il sera acquis, je suppose que les dirigeants auront des discussions avec moi.

Source : RMC Sport

Laisser un commentaire