S’il regrettait les deux premiers buts encaissés sur coups de pied arrêtés, c’est un Christophe Pélissier particulièrement fataliste qui s’est exprimé après la lourde défaite de son équipe face au Paris Saint-Germain (5-0). 

Deux premiers buts qui restent en travers de la gorge

« Prendre deux buts sur coups de pied arrêtés contre Paris, ce n’est pas possible. On ne peut pas être aussi naïf face à cette équipe-là. Ils vous donnent l’illusion que vous pouvez les mettre en difficulté, mais dès qu’on a eu le ballon et qu’il y a des prises de vitesse, c’est difficile. »

Un adversaire trop fort

« On s’ouvre trop essayer de revenir au score. L’idée était de marquer mais on s’est fait piéger. C’est la différence entre Paris et les autres équipes. Ils ont du talent et une puissance offensive indéniable. En première mi-temps, l’idée était de ne pas trop s’exposer.

Otero en pointe

« On avait choisi Otero en pointe pour sa vitesse et faire reculer la défense du PSG. En plus, Moussa a perdu quatre kilos suite à une intoxication alimentaire. »

Une fin de match difficile

« Les vingt dernières minutes sont toujours très compliquées contre cette équipe-là. 5-0, c’est la différence qu’il y a entre cette équipe et les autres. Un autre adversaire plus prestigieux que nous (ndlr : Lyon) a fait le même score ici. »

Les difficultés à l’extérieur

« Il n’y a pas de fatalisme. Sur les quatre prochains matches on se déplace trois fois donc il va falloir vite améliorer ce secteur. On est un peu plus fébrile à l’extérieur alors qu’à la maison on se crée des occasions. Il faut aider les joueurs à se libérer à l’extérieur. »

Laisser un commentaire