Christophe Richard (US Camon) : « Un mal pour un bien que ça se joue »

Président de l’US Camon, Christophe Richard aborde avec beaucoup de pragmatisme le sixième tour de coupe de France de son équipe, dimanche (13 heures) face à Arras. Même si la situation n’est pas idéale, il entend assumer l’organisation de cette rencontre avec l’espoir de voir son équipe se qualifier pour un septième tour potentiel contre Saint-Quentin.

Comment se passe l’organisation de ce tour de coupe de France ?

C’est déjà un mal pour un bien que ça se joue, même si ça a été hâtif et dans la précipitation. Certains joueurs n’ont pas un seul entraînement dans les jambes et ce sera compliqué pour eux de jouer. Il faut faire avec. Ce n’est pas normal et normal en même temps. Ils ne pensaient pas que ça allait reprendre, que l’on allait être averti un mois à l’avance et ça n’a pas été le cas. Titi (Buengo, ndlr : le coach) fera ses choix et au bout du compte, on saura ce que l’on a à faire pour l’année prochaine. Si on ne passe pas, on aura joué la coupe et puis c’est tout. Ils auraient tout de même pu essayer de trouver quelque chose de plus facile ou nous prévenir avant pour que l’on puisse s’entraîner correctement. En plus, c’est juste après les fêtes… Au niveau de l’organisation, on se situe plutôt bien, en revanche.

Est-ce difficile de respecter le protocole sanitaire mis en place par la Fédération pour ce match ?

Non, parce que c’est clair, net et précis. Si on se pose bien sur le protocole, ça va. On a à notre avantage des dirigeants qui se sont bien mis sur le dossier et ça a permis de clarifier les choses. On a un pharmacien qui va faire les tests et un médecin va venir pour contrôler tout ça. Pour l’antigénique, on va réaliser le dernier test le jour du match.

Titi Buengo (US Camon) : « La coupe n’a plus de sens pour les amateurs ! »

Quel impact financier représente cette organisation ?

Il est moindre puisque la Ligue des Hauts-de-France s’est substitué aux frais en payant les médecins, les arbitres et les délégués. De ce fait, on n’aura pas trop d’argent à sortir. La Ligue prend tout en charge et c’est un moindre mal. Par contre, pour gagner de l’argent il faudra passer ce tour parce qu’on n’aura pas de billetterie. On ne peut pas tout avoir et il faudra être prêt sur le terrain, en forme et essayer de gagner, mais on ne jouera pas contre des manches non plus. On ne se fait pas d’illusion, ça passe ou ça casse.

C’est donc dans cet état d’esprit que vous abordez la rencontre ?

On sait que l’on peut passer, mais il n’y a forcément qu’une chance sur deux, ça reste du football ! Arras a peut-être plus la possibilité de s’entraîner que nous. On s’est toujours entraîné mais avec très peu de joueurs de l’équipe première parce que certains travaillent, d’autres pensaient que ça ne reprendrait pas. Titi et moi pensions que ça allait nous arriver avec la reprise de la coupe de France. Ils ont déclaré ça vite fait bien fait et on est au pied du mur aujourd’hui.

C’est tout le monde ou personne. Soit le préfet de la Somme n’a pas fait son travail, soit le préfet de l’Aisne a outrepassé ses droits.

Que pensez-vous des forfaits de plusieurs clubs amateurs ?

Pour les petits clubs qui n’ont pas pu s’entraîner et qui savent pertinemment que ce sera compliqué, oui. Il y a le Covid, la forme et la qualité des joueurs, et à un moment donné, on sait où on peut aller ou non. Certains préfèrent couper court parce qu’ils pensent qu’ils n’ont aucune chance. Ils ont peut-être raison, mais, de notre côté, on va la jouer à fond.

Auriez-vous trouvé normal d’avoir une dérogation pour s’entraîner après 18 heures, comme ont pu en bénéficier les clubs axonais ?

Je trouve ça anormal. C’est tout le monde ou personne. Soit le préfet de la Somme n’a pas fait son travail, soit le préfet de l’Aisne a outrepassé ses droits. C’est l’un ou l’autre. On ne sait pas bien ce qu’il s’est passé, mais en tous les cas, on ne peut pas s’entraîner et c’est bien dommage parce que des joueurs qui font un match sans entraînement…

Coupe de France : Pas de dérogation pour l’AC Amiens, Camon et Longueau !

Comprenez-vous la logique des instances de vous faire reprendre maintenant alors que la situation épidémique n’est pas meilleure qu’en novembre ?

Ce n’est pas tellement logique, mais les pros s’entraînent, donc pourquoi pas nous, surtout en faisant des tests ? Ils jouent la coupe de France, nous aussi, donc on devrait être au même niveau. On peut aussi se dire, pourquoi le foot et pas les autres sports ? C’est un peu injuste. Je pense que c’est une histoire de télévision et de coût financier. Ça peut peut-être permettre aux gens de regarder un peu de foot avec la magie de la coupe. Ce n’est pas que du négatif.

Avez-vous espoir que le championnat reprenne ?

Non, je n’y crois plus. Ça traîne en longueur. On a parlé de playoffs, alors pourquoi pas, mais on va laisser le soin aux instances d’imaginer le meilleur et le pire. Ce serait dommageable, mais on n’a fait que quatre matches. Tout est encore permis et les équipes derrière peuvent encore remonter. Aujourd’hui, on est leader, ce serait dommage s’il n’y a pas de montées, mais le virus est présent et perturbe tout. On n’a pas fait tous les matches donc on peut être leader aujourd’hui mais pas demain.

Comment parvient à vivre un club amateur depuis bientôt un an ?

Ce n’est pas simple, mais si on n’a pas d’argent qui entre, on n’en a pas non plus qui sort. Ça limite les frais. Sur le sponsoring, c’était très compliqué, mais ils sont globalement encore tous présents.

Êtes-vous inquiet pour l’avenir du football amateur ?

Je n’ai pas pensé à ça, mais je ne vois pas pourquoi on paierait les pots cassés de toute cette situation. C’est certain que ce sera compliqué pour certains petits clubs, mais il n’y a pas d’argent qui sort réellement, même s’il y a des charges fixes.

Tous propos recueillis par Romain PECHON et Adrien ROCHER

Jusqu'à 150€ offerts, sur votre premier pari !
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Ligue 2 Amiens SC

Ligue 2 : Jean-Michel Aulas propose une profonde refonte !

Thomas Monconduit rend hommage à l’Amiens SC