Olympique Amiénois ES Pigeonnier

La tâche à accomplir était, logiquement, trop compliquée pour l’Amiens Pigeonnier. Vaillants, les Amiénois n’ont toutefois pas démérité, grâce, notamment à une bonne deuxième période, et sortent de la coupe de France avec les honneurs et sur un beau cinquième tour.

La marche était trop haute

Une rencontre de prestige pour le pensionnaire de D1 qui n’aura pas assez su inquiéter les joueurs du Nord. Marcq en Baroeul, 4èmede Nationale 3, et adversaire de l’AC Amiens et de l’Amiens SC (b), aura maîtrisé ce match qui était largement à leur portée. Malgré un plan de jeu plutôt défensif les amiénois subissaient les attaques dans la profondeur des Marcquois en première période. Bloqués dans le dernier geste par de beaux arrêts de Peuvion, les visiteurs ouvraient le score sur pénalty à la 22ème minute, avant d’encaisser un but sur un corner anodin à la 38èmeminute de jeu.

 « C’était un match qu’il fallait gagner, en respectant l’adversaire et en ne venant pas en sénateur » nous confiait l’entraîneur de Marcq en Baroeul, qui a eu l’amabilité de venir nous parler. « Hiérarchiquement, nous étions au-dessus, donc plus de pourcentage de qualification ».

 

Peuvion, une fausse note qui fait tâche.

Auteur de très belles parades en première mi-temps (4ème, 11ème, 25ème) le gardien du Pigeonnier n’avait rien pu faire sur le pénalty concédé par K. Gagou. Il laissait la possibilité aux visiteurs de doubler la mise avant la mi-temps sur une mauvaise prise de balle, dans ses 6 mètres, en poussant même le ballon au fond de ses propres filets.

Le portier amiénois s’est toutefois bien rattrapé en 2ndepériode avec des arrêts de haut niveau. Notamment à deux reprises à la 50èmeminute de jeu sur un contre de Marcq. Peuvion maintenait son équipe dans le match, et gardait le score à 2-0 pour les Nordistes. Puis il évitait que le score s’aggrave en repoussant des frappes cadrées (78ème, 85ème ,90ème).

Un changement tactique qui a fait du bien aux joueurs du Pigeonnier.

Sûrement complexés ou timorés, les locaux n’arrivaient pas à poser le ballon lors de la première période, en ne faisant que subir les attaques adverses. Mais un changement de dispositif et les entrées de Heurtel et Nnakenyi à la mi-temps ont permis plus de maîtrise défensive et plus de circulation du ballon en deuxième mi-temps. Ce qui permettait aux locaux de se procurer quelques occasions globalement bien gérées par la défense adverse. A l’image du capitaine Juanito Souply, auteur d’une frappe captée à la 55ème, les joueurs du Pigeonnier, et notamment Mashoudi, essayaient d’être dangereux. Sans réussite néanmoins.

A la fin du match, l’entraîneur Marcquois s’exprimait « On a joué contre une équipe bien organisé, avec certains joueurs de qualités, mais on a quand même maîtrisé l’ensemble de la rencontre ».

Un cinquième tour, bénéfique et honorable, pour le club de Départementale 1, qui sortait sur une haie d’honneur de leurs bourreaux. Après cette belle parenthèse, place maintenant au championnat, qui les verra se déplacer à Albert, un de leur concurrent pour l’accession en Régionale 3.

Amiens Pigeonnier (D1) – Marcq (N3) : 0-2 (0-2)

Cinquième tour de coupe de France

Stade Jean Renaux, Amiens

Arbitre : M.Vancoppenolle

AMIENS PIGEONNIER : Peuvion – Spicher, Decorniquet, Degrendel, Ledoux, Gagou, Somon, Rami, Mashoudi, Arhamouz, Souply (cap.).

Remplaçants : Heurtel, Nnakenyi, Otsaga, Morais, Jego.

Entraîneur : Frédéric Morais

Laisser un commentaire