Amiens SC Alphonse
Panoramic

Sans victoire depuis trois matches et sortant d’une prestation indigente à Châteauroux, l’Amiens SC doit impérativement relever la tête et, de préférence, empocher de gros points contre Pau, ce samedi. Sous peine de renforcer un peu plus encore les doutes à son sujet. 

Publicité


Amiens sous pression ?

Ce n’est peut-être que la cinquième journée mais ça n’en reste pas moins à coup sûr un moment charnière de la saison de l’Amiens SC. Après un premier mois de compétition extrêmement poussif, dont la seule éclaircie restera ce succès en trompe-l’oeil contre Nancy en ouverture du championnat, les Amiénois doivent impérativement passer la seconde et rassurer observateurs et supporters à l’occasion de la réception de Pau, ce samedi. Tout d’abord, parce que l’ASC ne peut pas se permettre de flirter aussi dangereusement avec la zone rouge, même à un stade aussi peu avancé de la saison. Ensuite, parce que l’avenir de Luka Elsner à la tête de l’équipe se joue peut-être bien sur les deux prochains matches (Pau et Caen), avant une nouvelle trêve internationale coïncidant avec la clôture du marché des transferts. Un laps de temps suffisant pour procéder à d’éventuels ajustements.

Publicité


Dans un tel contexte, Amiens n’est-il pas sous pression au moment de défier le promu palois, un match qui a tout du piège tant le club picard fait figure de favori ? « Ce n’est pas un moment pour nous de se mettre dans cette position et d’être reculé dans un coin. Allons jouer un bon football, libéré, avec beaucoup d’envie et d’enthousiasme, réfute Luka Elsner. Cherchons à maîtriser ce que l’on peut et à faire un grand match. C’est tout ce que l’on peut souhaiter et que ça aboutisse à une victoire. » Le problème est que le relégué manque cruellement de certitudes dans le jeu, à tel point qu’il vient de vivre deux supériorités numériques en trois matches sans parvenir à faire trembler les filets adverses. « A Châteauroux, nous sommes rentrés 66 fois dans le dernier tiers adverse, c’est un chiffre énorme, fait remarquer l’entraîneur de l’ASC. Mais il faut qu’il se passe quelque chose, que les joueurs prennent cette liberté par un mouvement, un dribble. »

Publicité


Encore faut-il que cette équipe puisse se transfigurer, elle qui reste sur trois matches où l’envie de l’emporter, de faire mal à l’adversaire et tout simplement de se transcender, n’a véritablement pas sauté aux yeux. « Il faut que l’on dégage de la passion sur le terrain. On ne doit pas montrer de fébrilité mais une envie de se dépasser, une volonté commune de réussir, abonde Luka Elsner. Contre Nancy, on fait plein d’erreurs, c’est un peu brouillon mais il y a quelque chose qui se dégage et on doit absolument retrouver ça demain (samedi). » Pour toutes ces raisons, le coach amiénois se privera à nouveau des joueurs dont l’avenir n’est pas tranché, comme Aurélien Chedjou et Chadrac Akolo, dans l’espoir de n’avoir que des joueurs concernés sur la pelouse. « Dans le cœur du vestiaire, il y a de plus en plus un groupe de joueurs qui se forme, avec des leaders qui veulent mener la barque, cherchent à mettre de l’énergie, poursuit Elsner. Petit à petit, ça se crée. »

Publicité


Alors que manque-t-il à l’Amiens SC pour vraiment passer à l’étape supérieure de sa reconstruction ? « Un déclic qui peut faire passer un cap, promet Luka Elsner. Et ce match contre Pau doit constituer ce déclic. » Preuve s’il en est que ce match est tout sauf anodin dans la situation actuelle de l’Amiens SC, déjà sous pression et dans la nécessité absolue de signer au plus vite une victoire. 

Romain PECHON

A lire aussi : 

[J5] Amiens SC – Pau : la victoire ou la crise ?

Régis Gurtner (Amiens SC) : « Pau est un match important »

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments