Départemental 2 : Un nouvel élan pour le RC Salouël

Neuvième de Départemental 2, le RC Salouël est en quête de rebond après une relégation en fin de saison dernière. Désormais sous la houlette de Julien Valeri, le club présidé par Eric Messiaen souhaite remonter au plus vite. Et ce, tout en continuant à mettre en œuvre sa politique de formation. Découverte. 

Un changement d’entraîneur… 

À la tête des Portugais d’Amiens, formation avec laquelle il avait atteint le 7e tour de Coupe de France l’an dernier et assuré au finish le maintien en Régional 2, Julien Valeri a amorcé un nouveau virage de sa carrière en rejoignant Salouël au cœur de l’été. « Le président m’a contacté aux alentours du 10 août. Il n’avait pas réussi à trouver un remplaçant à Laurent Huyon, qui avait fait monter le club jusqu’en Excellence (D1)« , précise son successeur. « Je remercie donc Laurent pour le travail accompli au club pendant trois ans, poursuit Eric Messiaen, le président de Salouël. Il a fait un excellent travail pour le club mais on n’avait pas perdu en cohésion la saison dernière et il souhaitait également prendre du recul. »

Un désir un temps partagé par Julien Valeri, qui s’était lui-même mis en retrait des Portugais d’Amiens après quatre saisons à la tête du club. « Je m’étais réengagé comme joueur chez les Portugais d’Amiens, au sein de l’équipe C. Mais, aux vues des installations et puis de l’envie qu’ils ont émis, j’ai finalement replongé avec Salouël, glisse l’intéressé. Je n’avais pas trouvé de challenge qui me plaisait dans les propositions que j’avais eues et au final, cette proposition est bien tombée. » Une arrivée qui doit permettre au Racing d’initier un nouveau cycle positif. « Le projet c’est de se maintenir cette année et de voir l’année prochaine, en fonction des résultats qu’on aura fait, si on peut espérer jouer le montée, ambitionne Eric Messiaen. À terme, l’idée est de se structurer pour aller en Régional » 

…mais une identité conservée

Pour cela, Salouël peut s’appuyer sur des installations de qualité et un réservoir de joueurs qui ne s’épuise jamais. « Géographiquement, on a la chance d’être bien situés (ndlr : à proximité du Campus universitaire), ce qui nous ramène beaucoup d’étudiants de STAPS, reconnaît celui qui est à la tête du club depuis six ans. On est passé de 250 à 300 licenciés cette année. Et on a aussi des structures très intéressantes, dont un terrain d’honneur qui est de très bonne facture. On regrette juste de n’avoir que deux vestiaires pour l’ensemble du club. » Une problématique déjà rencontrée par Julien Valeri chez les Portugais d’Amiens : « Hormis cela, le cadre est vraiment idéal pour prendre du plaisir et travailler. En outre, l’équipe dirigeante est complètement dévouée au club. »

Une caractéristique qui s’applique également aux joueurs à la disposition de Julien Valeri. « Ils sont une trentaine à l’entraînement. Certains sont là depuis très longtemps, une dizaine d’années, et sont très attachés à ce club. Les autres sont des étudiants qui sont en première ou en deuxième année et qui sont donc de gros demandeurs de travail, détaille leur entraîneur. On travaille dans une bonne ambiance. Et cela m’a vraiment reboosté dans mon approche des séances. » Même si les résultats se font encore attendre (ndlr : une seule victoire en sept matches), le plaisir est déjà au rendez-vous. « C’est une équipe hyper joueuse, on ne balance pas et j’adore ça, s’enthousiasme ainsi Valeri. Maintenant, ça reste compliqué dans les trente derniers mètres où on manque de profondeur et joueurs qui font la différence. »

La solution sera donc collective pour le RC Salouël. Un club bien déterminé à s’affirmer progressivement comme l’une des places fortes du football métropolitain. Et l’Amiens SC ne s’y est pas trompé en contractant ainsi un partenariat avec l’actuel pensionnaire de D2 au niveau de l’école de football. 

Romain PECHON

RC SALOUEL – OLYMPIQUE AMIENOIS 

7ème journée de Régional 2

Dimanche 25 novembre, 14h30

Stade Municipal Marc Lourselle, Salouel

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Amiens SC – OM : le 27 janvier 1996, Quand l’Amiens SC fit trembler l’OM !

Jordan Lefort

Jordan Lefort : « Nous devrons leur mettre une très grosse pression »