Didier Quillot (LFP) : « Traiter l’urgence économique »


Alors que l’avenir de l’Amiens SC en Ligue 1 reste en suspens, dans l’attente de l’Assemblée générale de la Ligue de football professionnelle (LFP) du 23 mai prochain qui doit voter ou non sa relégation à l’échelon inférieur, l’instance a annoncé avoir contracté un prêt de 224,5 millions d’euros pour compenser le manque à gagner lié à l’arrêt prématuré de la saison. 

La suite après cette publicité

Une solution se substituant aux droits TV

L’édition 2019/2020 de Ligue 1 n’allant pas à son terme, Canal+ et beIN Sports, les deux diffuseurs du championnat, ont décidé de stopper le versement des droits TV. Ainsi, c’est près de 231 millions d’euros de manque à gagner direct pour les clubs de Ligue 1. Pour compenser cela, la LFP a obtenu l’adhésion de tous les clubs pour souscrire un prêt garanti par l’Etat à hauteur de 224,5 millions d’euros, complétant les 48 millions d’euros que se sont engagés à verser les diffuseurs au titre des matches déjà diffusés. « Il faut traiter l’urgence économique, avoir une solution qui permet d’assurer la trésorerie à court terme des clubs, avance Didier Quillot. On fait appel au dispositif de PGE (prêt garanti par l’État) mis en place par le gouvernement, rien de plus, rien de moins. Grâce à ce prêt, la LFP sera en mesure de verser à tous les clubs de Ligue 1 et de Ligue 2 les montants des échéances télé d’avril et de juin prévus dans le guide de répartition. »

La suite après cette publicité

Le directeur général de la Ligue précise que « les clubs ont jusqu’au 15 juin pour dire s’ils veulent souscrire à ce prêt« . Si tel était le choix de l’Amiens SC, le montant touché « sera plafonné aux sommes prévues dans les droits télés« .

La suite après cette publicité

Source : L’Equipe

A lire aussi : 

Ligue 1 : Vers une aide de la LFP pour l’Amiens SC ?

Amiens SC : Les conséquences d’une relégation au niveau des salaires

Laisser un commentaire