Emil Krafth : « Avoir fait front collectivement a permis cette performance »

Emil Krafth

Solide sur son côté face à l’armada rennaise qui a beaucoup tenté à la droite de la défense samarienne, Emil Krafth a également comme à son habitude apporté sa percussion dans les phases offensives, en soutien d’un Saman Ghoddos double passeur ce soir. Pour lui, les clés de la victoire ne font aucun doute.

Emil, vous aviez tout l’air une équipe totalement différente de celle qui a affronté Strasbourg… 

Oui, je suis d’accord. Si on compare ce match avec celui de Strasbourg, c’était une opposition tout à fait différente. Ce soir nous avons bien mieux joué en tant qu’équipe, et chacun a couru et s’est battu pour le collectif. Nous avons pressé bien plus et porté le ballon plus haut. Les trois points gagnés ce soir sont très importants.

Vous étiez plus agressifs, dans le bon sens du terme ?

Oui, l’équipe s’est montrée plus agressive. Nous l’avons fait pour tout d’abord gratter la balle, et la garder le plus longtemps possible. On était prêt à les pousser dans leurs derniers retranchements. Ça n’avait effectivement rien à voir avec notre prestation contre Strasbourg. Comme je l’ai dit, c’est le fait d’avoir fait front collectivement qui a permis cette performance.

C’est une bonne chose de battre une grosse écurie du championnat ? Rennes a en effet une très bonne équipe… 

Oui, Rennes a une très bonne équipe. Ça fait toujours du bien de gagner, même si une victoire contre une belle équipe amène toujours quelque chose de plus. Le plus important reste de toute façon les trois points, qui rendent toujours heureux.

Vous vous sentez plus forts après cette performance, suffisamment pour ramener quelque chose de Caen ?

Oui, bien sûr. Quand on gagne, on emmagasine de la confiance, en l’équipe comme en nous-mêmes. Donc on va aller à Caen – c’est bien comme ça que vous le prononcez ? (ndlr : d’abord prononcé « Cannes ») – avec un grand sourire aux lèvres.

C’est le genre de match auquel vous vous attendiez à participer cette saison ?

Je ne sais pas trop. Je ne savais pas à quoi m’attendre, je ne connaissais pas très bien la Ligue 1. Mais je sais que nous avons une bonne équipe, qui n’est pas non plus dans les plus grosses, mais qui peut rivaliser avec de meilleures compositions sur le papier comme nous avons pu le faire ce soir. Je ne cherche pas trop à juger le niveau des clubs que nous rencontrerons, nous avons juste à bien travailler pour rééditer ce genre de performance.

Si vous jouez tous ensemble, donc ?

Oui, si nous jouons tous ensemble. Encore une fois il suffit de comparer notre performance avec celle face à Strasbourg. C’est comme ça que l’on gagne des matches, et parfois ça peut devenir facile si tout le monde va dans le même sens.

On a tendance à dire qu’Amiens est « une équipe de guerriers ». Vous êtes d’accord ?

Oui, même si ce n’est que ce soir que nous avons enfin montré cet état d’esprit. Nous avons juste à continuer sur cette voie.

Vous dites « aller à Caen avec un grand sourire aux lèvres », mais vous êtes aussi fatigués, dans cette semaine à trois matches.

Oui, bien sûr. C’est pour ça que nous allons devoir bien récupérer durant la suite de la semaine, bien manger, prendre de bons bains et le plus de repos possible. C’est en effet une grosse semaine avec trois matches, nous devons donc trouver le bon équilibre entre l’effort et le réconfort.

Après sept matches, qu’est-ce que vous pouvez dire à propos de votre équipe ? Comment vous sentez la suite de la saison ?

Je pense que quand on est dans un bon jour, on peut vraiment très bien jouer. À l’inverse, quand on est dans un mauvais jour, on peut tout mal faire. Nous devons donc trouver le bon levier pour toujours proposer notre meilleur football, y compris contre les meilleures équipes du championnat.

À quelle place voyez-vous Amiens figurer cette année ? La saison dernière, l’ASC était treizième.

Je ne sais pas du tout, on ne peut pas comparer. Surtout moi ; je n’étais pas là la saison dernière. Vous devrez aller demander à un joueur déjà présent la saison passée !

Mais qu’est-ce que vous ressentez jusqu’à présent ?

Jusqu’à présent, je me sens très bien. Je pense qu’il y a un excellent état d’esprit dans l’équipe, et même si les deux dernières sorties nous ont déçues, le fait de gagner ce soir nous redonne de la confiance et nous comptons sur elle pour enchaîner et en accumuler de plus en plus.

Propos recueillis par Romain PECHON et traduits par Quentin PELLATON

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
gouano courtisans mercato

Amiens SC-Rennes : les tops et les flops

Trois matches pour moins de quarante euros !