Fabien Reinert : « Ils annoncent des choses mais il ne se passe rien ! »

Fabien Reinert

Consultant du 11 Amiénois, Fabien Reinert évoque les difficultés rencontrées par l’Amiens SC durant ce mercato hivernal. Déçu par la communication du club, il estime que les dirigeants auraient tout intérêt à travailler en toute discrétion sans tenir des promesses qui ne seront pas tenues. Entretien.

La suite après cette publicité

À une semaine de la fin du mercato hivernal, Amiens n’a toujours pas finalisé le moindre dossier. Cela commence-t-il à susciter une certaine inquiétude ?

De toute manière, ce mercato hivernal ne devrait pas exister. On est dans l’attente, cela crée de la frustration. On sait pertinemment qu’il faut se renforcer mais on n’y arrive pas parce qu’on n’est pas forcément le premier choix des joueurs désirés. Le club ne veut pas forcément faire l’effort financier ou bien discute tous les aspects du contrat. Dans le même temps, je le répète, on aura de grosses difficultés à se maintenir si on ne recrute pas ! Je ne suis pas le seul à le penser, beaucoup de monde le pense, même des partenaires commencent à s’en émouvoir auprès de Bernard Joannin.

La suite après cette publicité

La situation actuelle est d’autant plus incompréhensible au regard de la communication du club. Le président et son chargé de recrutement, John Williams, annoncent des choses mais il ne se passe rien ! Ces gens-là devraient se taire et travailler. En annonçant que deux joueurs vont arriver dans la semaine en début de mercato, John Williams crée de la frustration chez les supporters ! En filigrane de tout ça, il y a aussi la petite phrase, loin d’être anodine, de Bernard Joannin lors des vœux. Quand il dit que cette équipe peut se maintenir sans recrue, c’est un moyen de préparer un mercato sans renfort. J’ose espérer que ce ne sera pas le cas et qu’il y aura vraiment des arrivées.

La suite après cette publicité

Malgré le regain de forme du dernier mois, vous considérez toujours que cette équipe est trop faible pour se sauver dans sa configuration actuelle ?

C’est difficile d’imaginer l’inverse. Quand on regarde le match à Lille, on se rend très bien compte que Christophe Pélissier n’a aucune alternative sur le banc. L’entrée en jeu de Mathieu Bodmer en tant que numéro 9 et les présences de Stanley Ségarel, qui n’a pas de contrat professionnel ou bien encore de Sanasi Sy et Gaoussou Traoré sur le banc posent des questions sur la qualité de cet effectif. Quand Christophe Pélissier affirme que c’est le banc de Lille qui fait la différence, ce n’est pas anodin. Aujourd’hui, on n’est pas armé pour gagner des matches.

La suite après cette publicité

Quel regard portez-vous sur les derniers matches de l’Amiens SC, entre le nul frustrant contre Angers et les difficultés à se montrer dangereux contre Lille ?

Amiens a adopté une position d’attente à Lille. C’est un jeu qui est usant physiquement pour les joueurs, il faut avoir du foncier pour répéter les efforts de la sorte. Dans l’état d’esprit, je les ai trouvés très bons. Après, il faut que tout le monde défende et joue le jeu. J’ai l’impression que certains joueurs sont frustrés par la contribution défensive de certains de leurs partenaires. Tout le monde n’a pas le même niveau d’intensité. C’est donc frustrant de voir cette équipe bagarrer et ne pas y arriver. Maintenant, il faut marquer des buts pour gagner des matches. Et sur ce point, on ne peut pas dire qu’on se procure beaucoup d’occasions. On n’a pas suffisamment de qualité pour convertir le peu de situations qu’on arrive à avoir.

Commencez-vous à ressentir une forme d’inquiétude autour du club ?

Bien sûr, c’est palpable. On est dans une situation délicate, on sent qu’on n’a pas le même état d’esprit que l’an dernier. Quelque part, on avait le sentiment qu’on allait finir par y arriver. C’était comme une forme de certitude ancrée en nous. Ce n’était pas toujours simple mais on sentait que cette équipe avait des ressources. Depuis trois saisons, on arrivait à créer perpétuellement la surprise, à être là où on ne nous attendait pas. Aujourd’hui, l’esprit braqueur est totalement envolé et tout le monde se rend compte qu’on est dans le dur. On n’a pas gagné un match depuis le déplacement à Guingamp. Surtout, après avoir goûté à la Ligue 1, on ne veut pas retourner à la Ligue 2. Pour l’ensemble du club, de l’équipe première jusqu’au centre de formation, c’est vital de rester en Ligue 1.

Tous propos recueillis par Romain PECHON

7 Commentaires

  1. Je pense la même chose il y a vraiment un manque de volonté de la part des responsables la ligue 2 nous tends les bras si il n’y a pas de recru

  2. Ça sent la mauvaise saison rien n est bien fait on va finir en ligue 2 ,le coach et les meilleurs joueurs vont partir tu seras à reconstruire

  3. Mais il ne faudrait pas se faire avoir comme l’an dernier passer l’heure et la date et avoir des regrets pour n’avoir su anticiper le recrutement on en a vraiment besoin pour se maintenir

  4. Fabien à tout dit, cependant je mettrais un bémol lorsqu’il dit que les responsables du recrutement ne travail pas ! C compliqué, Amiens n’est sûrement pas le 1er choix pour les joueurs… Et c par contre là où je rejoins Fabien, c qu’il faut justement plus de discrétion et moins de «vraix/fausses annonces».
    Nous préférons avoir l’annonce d’une arrivée finalisée avec 2 jours de retard plutôt que de nous faire «fantasmer», car oui pour le coup c très Frustrant… pour tout le monde

  5. Ou sont les recrues y a t’il vraiment une volonté de la part des dirigeants de rester en ligue 1 il faut vraiment se poser la question si on redescend on le paiera très cher dans l’avenir

Laisser un commentaire