Battu sur le plus petit des scores par Etaples (0-1), l’Amiens Portugais a enchaîné une deuxième défaite de rang au terme d’une prestation pour le moins insipide. Conscient des limites actuelles de son équipe, Florian Duval compte mettre à profit les deux semaines à venir pour afficher un tout autre visage contre Abbeville. Entretien. 

Florian Duval, on imagine que vous ressentez beaucoup de frustration après une telle prestation…

On n’a jamais été capable de poser des difficultés à l’adversaire, à part sur deux-trois séquences mais ça reste trop peu sur l’ensemble du match. Ce qui est encore plus décevant c’est que, quand on n’est pas capable de gagner il faut savoir ne pas perdre. On n’a pas été capable de le faire et la finalité est décevante.

S’il est arrivé en fin de match, on sentait que ce but adverse allait arriver…

Au fil des minutes, on a commencé à se désorganiser, cela s’est amplifié avec la blessure à la tête de Ribeiro qui a déséquilibré notre milieu à trois. Avant le but, ça faisait une dizaine de minutes qu’ils tournaient autour de notre surface. Si on se fie à la physionomie de la deuxième mi-temps, le but d’Etaples est tout à fait logique.

Reste cette fin de match où vous avez l’occasion de recoller au score…

Si on avait entamé la deuxième mi-temps sur ce rythme, ça prouve qu’il y avait moyen de les mettre en difficulté. A partir de là, quand on joue trente minutes, c’est compliqué de gagner un match, même en Régional 2. Le positif, c’est que ça prouve que par séquences on peut mettre n’importe quelle équipe en difficulté. Tout n’est pas à jeter, il ne faut pas tout remettre en question mais on doit faire beaucoup mieux sur les prochains matches. Même si le terrain est compliqué, il y a eu beaucoup trop de déchets et de fautes de concentration. C’était un match sans pour nous. Peut-être que ça s’explique par un certain niveau de fatigue, on a tiré sur les mêmes joueurs depuis le début de saison. La semaine de repos à venir va peut-être nous faire du bien.

N’êtes-vous pas tout simplement confronté à vos propres limites ?

Pour l’instant, le constat est évident, on est davantage dans la réaction que dans l’action. On attend toujours un coup dur pour se mettre en route et montrer ce qu’on est capable de faire. On a quinze jours devant nous pour changer ça, on a confiance en l’ensemble de notre effectif pour réagir. On n’a pas été bons mais il ne faut pas être alarmistes non plus. Les points laissés en route à domicile, il va falloir essayer de les récupérer à l’extérieur, même si Abbeville sera un gros morceau.

Propos recueillis par Romain PECHON

A lire aussi : 

Régional 2 : L’Amiens Portugais ne méritait pas mieux

Régional 2 : L’AC Amiens (b) s’enfonce

Laisser un commentaire