Non conservé par l’Amiens SC, Gauthier Banaziak va finalement rebondir chez le voisin de l’AC Amiens en National 3. Un nouveau départ que le gardien de 21 ans aborde avec confiance et sérénité. 

En concurrence avec Gningue

Si chacun est maître de son destin, il y a parfois des événements contre lesquels il est bien difficile de lutter. En discussion pour une prolongation de son bail à l’Amiens SC, Gauthier Banaziak a finalement été une victime collatérale du départ d’Olivier Lagarde pour Lorient. « Si Olivier restait au club, j’aurais eu une prolongation de contrat d’un an. Finalement, le changement de coach ne m’a pas aidé. Il y a eu des contacts mais ils ont fait le choix de se séparer de moi, confie l’ancien numéro 3 au poste. Après il n’y a pas de déception, si ce n’est de pas reprendre avec Régis (Gurtner) et Matthieu (Dreyer), c’est une histoire qui devait se finir. »

Le deuil fait quant à ses chances de poursuivre à court terme dans le monde professionnel, Gauthier Banaziak s’est rapidement mis en quête d’un nouveau club. Le tout avec l’aide de son ancien mentor, Olivier Lagarde : « Il m’a mis en contact avec plusieurs clubs, dont certains de National 2. En finalité, j’ai fait le choix de l’AC Amiens mais je le remercie de m’avoir aidé. Olivier a toujours été honnête avec moi, je ne garde que du positif de cette expérience et j’espère pouvoir retravailler avec lui à l’avenir. » D’ici là, c’est à l’AC Amiens que le gardien de but va tenter de rebondir. « Je vais continuer à évoluer au même niveau de compétition (ndlr : National 3), dans un club ambitieux. Je vais là-bas parce que je sais qu’on peut monter en fin de saison. »

Gauthier Banaziak va donc retrouver plusieurs de ses anciens partenaires au centre de formation de l’ASC. « J’ai longuement parlé avec eux, il ne m’ont dit que du bien de l’ACA, reconnait-il. Je suis enthousiaste à l’idée de jouer avec mes potes et je pense que l’intégration ne sera pas compliquée. » Reste à savoir où il se situera dans la hiérarchie des gardiens. « On m’a annoncé que je serai en concurrence avec Demba pour le poste de numéro un, répond Banaziak. Maintenant, avec mon contrat professionnel, je ne pourrai pas jouer avant le 1er octobre (ndlr : date à laquelle il sera reclassé amateur). Demba va donc débuter la saison et s’il fait de bonnes choses, il jouera. En tout cas, je suis prêt à prouver que je mérite de jouer, à me battre pour gagner ma place. »

R.P. avec A.R.

Laisser un commentaire