Hicham Andasmas Amiens SC (f)

Malgré la frustration de la défaite, Hicham Andasmas retenait beaucoup de bonnes choses de la part des filles de l’Amiens SC face au leader de la poule B de Division 2, l’AS Saint-Etienne.

Hicham Andasmas, il n’y a rien à reprocher à vos joueuses…

Non, parce que dans ce que j’ai demandé, aussi bien dans le plan de jeu que dans l’état d’esprit, elles y étaient, et ça ne m’a pas étonné vu l’équipe que l’on a aligné aujourd’hui. On savait qu’on pouvait compter sur toutes les joueuses, même les remplaçantes qui ne sont pas entrées. Il n’y a pas grand chose à leur reprocher, et je suis même déçu pour elles de ce résultat.

Vous parliez de bien jouer en bloc et en bloquant l’axe…

Dans le plan de jeu, l’objectif était de les forcer à contourner le bloc pour se retrouver sur des situations de centre. Ce qui est problématique avec Saint-Etienne, c’est qu’elles sont capables de récupérer les ballons haut et sont à l’affût de la moindre erreur. Elles peuvent marquer sur centre mais aussi rapidement en transition. On ne peut pas tout bloquer et on devait choisir. Choisir, c’était me dire qu’on était capable de répondre présent sur les centres. On leur a offert la possibilité d’avoir ces situations de centre. Il me semble que leur premier but vient d’un centre, mais on était à neuf contre onze. Déjà qu’à onze contre onze c’était compliqué…

Saint-Etienne a fait entrer des joueuses très dangereuses…

On le savait, surtout celle qui est un peu leur tête d’affiche et qui marque tous les buts. Elle revenait de blessure et quand je l’ai vu entré j’ai dis aux joueuses de faire attention à la profondeur parce que ça allait se projeter. On a beau le dire, sur le terrain ça reste compliqué.

Qu’avez-vous dit aux joueuses à la mi-temps, à 1-0 ?

Je leur dis que la première est passée et qu’on ne pas rester là-dessus. On a que dix minutes pour récupérer et on va se concentrer sur les détails à corriger, notamment les phases de fixation avec leur défenseure axiale qui venait en fixation et créait un décalage dans notre bloc. Il fallait essayer de l’orienter tout de suite pour arrêter sa course. On l’a un peu mieux fait en deuxième, mais on a manqué de jus et c’était très compliqué de faire des changements parce que ça allait tout dérégler tactiquement. En plus, entrer dans un match comme ça, c’est difficile. Ce n’était pas évident. J’ai surtout prié pour que leur but n’arrive pas ou le plus tard possible parce que je savais très bien qu’à 1-1, elles pousseraient pour mettre le deuxième. L’objectif était de ne pas prendre de but parce que tant qu’elles ne marquaient pas, on était bien.

Ce premier but est d’autant plus frustrant vient alors que vous êtes à neuf…

Je ne sais pas trop quoi en penser de ce but. Est-ce qu’à leur place on aurait fait la même chose ? C’est toujours plus facile de dire non, mais elles sont premières, jouent la montée et n’ont pas le droit à l’erreur. Malgré ça, on est l’équipe qui a mis le premier but de la saison à Saint-Etienne ! On les a beaucoup gêné dans le plan de jeu, et leur coach est venu me féliciter parce qu’il m’a dit que tactiquement, il n’avait pas vu d’équipe comme ça, mais on ne prend pas de point et c’est vraiment dommage parce que ce n’était pas qu’un match contre Saint-Etienne, c’était le match de la cinquième journée juste après une victoire contre Saint-Denis. C’est surtout comme ça qu’on a engagé le match.

Quand Camille Martin arrête le premier penalty, on se dit que ça peut tourner en votre faveur…

Je n’ai pas forcément la même façon d’être sur ce match parce que je suis clairement déçu pour elles. Elles ont respecté le plan de jeu à fond. D’habitude je suis le premier à le dire quand elles n’ont pas fait les choses, mais là, elles ont très clairement compris le plan de jeu, ont fait les efforts les unes pour les autres. La qualité individuelle des Stéphanoises a fait la différence à un moment, mais je pense qu’on commence à vraiment retrouver notre identité. On a été rapide dans les transition, dangereux sur pas mal de situations. Il y a de quoi être optimiste. On fera le point à la trêve, avec, idéalement, une dizaine de points à ce moment. Les matches contre les premiers ne sont pas forcément les matches les plus compliqués à jouer parce que ça joue au foot, au sol et là on va retrouver des équipes qui sont surtout dans le duel. On va devoir répondre à ça et c’est l’équipe qui aura le meilleur rapport de force à ce niveau qui gagnera. Les matches contre Lille et Arras ne seront pas forcément plus faciles que celui de Saint-Etienne.

Parce qu’on a tendance à se sublimer contre le leader…

Je le pense, mais je pense aussi qu’on sera capable de mettre la même exigence parce qu’on besoin de points et les filles se battent pour l’amour du maillot. Je les sens vraiment toutes impliquées. Aujourd’hui, les seize joueuses ont été très impliquées, même celles qui ne sont pas entrées. Il n’y a pas d’état d’âme, tout le monde avance ensemble, et c’est le plus important. Cette bonne base de travail doit être à approfondir.

Propos recueillis par Romain PECHON

A lire aussi :

> Division 2 (f) : L’Amiens SC cède à l’usure

> Hicham Andasmas (Amiens SC f) : « Être très solide défensivement »

Laisser un commentaire