Illi Gomes Monteiro : « Ça devait se faire un jour avec les Portugais »

Après une saison à Ailly-sur-Somme, Illi Gomes Monteiro a décidé de s’engager avec les Portugais d’Amiens, club ambitieux de Régional 2. Déterminé à tourner la page, après deux années difficiles sur le plan collectif, l’attaquant aborde cette nouvelle aventure avec beaucoup de détermination. Entretien. 

Pourquoi quitter Ailly-sur-Somme pour rejoindre les Portugais d’Amiens ?

Je devais travailler avec Abilio (ndlr : le président du club) depuis longtemps mais ça ne s’était pas fait, parce qu’au dernier moment je changeais d’avis. Cette année, il m’a recontacté. À la base, ça devait être Cyrille Chaillou qui reprenait l’équipe A, il m’avait contacté et c’est un coach que j’apprécie. Ça demandait réflexion mais je me suis dit pourquoi pas. Derrière, j’ai vu que pour Cyrille Chaillou ça ne l’a pas fait mais que ça allait être Nordine (Laroussi), que je connais depuis longtemps aussi. Il m’a contacté à son tour et j’ai finalement donné mon accord. Ça devait se faire un jour avec les Portugais.

Néanmoins, Camon était bien votre premier choix, avec cette possibilité de rester en Régional 1 ?

Rester en R1 et jouer avec mon frère (Michel Gomes Monteiro), c’était mon premier choix. On s’est dit que c’est bientôt la fin, on commence à se faire un peu vieux. On a toujours voulu jouer ensemble, et quand Michel est revenu dans la région, on voulait le faire. Ensuite, rester en R1, c’était un premier objectif. Après, pourquoi pas reconstruire quelque chose en R2 pour monter ? On va former une nouvelle équipe, j’espère que la mayonnaise va prendre et que l’on va avoir un bon groupe pour pouvoir jouer les premiers rôles.

Vous avez le sentiment d’être suffisamment armés pour ça ?

Au début, je me suis dit qu’il y avait beaucoup de départs et j’ai eu peur de faire la même année qu’à Ailly-sur-Somme. Parce que, là-bas, beaucoup de joueurs étaient partis et on avait refait complètement l’équipe. J’ai vu les joueurs qui ont signé et ça m’a un peu rassuré parce que j’en connaissais comme Garnier et Borges, avec qui j’étais l’an dernier, ou encore Delaporte voire Dervillé avec qui j’ai joué à Camon. À partir de là, je me suis dit qu’avec les Portugais, c’était cette année ou jamais pour que j’y aille.

Il va y avoir de la concurrence dans le secteur offensif !

Je suis nouveau dans le club, je veux gagner ma place comme tout le monde, il n’y a pas de place prédéfinie. On part tous sur un pied d’égalité et ce sera à nous de faire un groupe. La concurrence devant va nous permettre d’élever notre niveau, personne ne se reposera sur ses lauriers.

Il va y avoir deux coaches à la tête de l’équipe, vous avez déjà connu cette situation ?

Non, c’est une première. Nordine est plus expérimenté que Florian (Duval). Ce qui est bien, c’est qu’ils vont se compléter vu qu’il y a la jeunesse et la nouvelle génération en Florian, et l’ancienne génération en Nordine. Ils vont apprendre l’un de l’autre. Notre jeu va être différent des autres et ne sera pas stéréotypé. Ce sera une force selon moi.

J’ai envie qu’on forme un bon groupe et qu’on puisse espérer jouer le haut de tableau, comme les Portugais ont pu le faire l’année dernière

Le groupe de Régional 2 va être relevé et ce ne sera pas simple…

Ce ne sera pas forcément simple mais on va prendre les matches un par un. Que ce soit contre les équipes du Nord ou celles des alentours, contre qui ce ne sera quasiment que des derbys, on essaiera de faire le boulot quoi qu’il arrive. On fera le maximum pour gagner tous les matches. Il n’y a pas le choix.

Un objectif a-t-il été évoqué par les dirigeants ?

Non ! On ne peut pas prétendre à la montée pour l’instant parce que l’équipe est nouvelle et on ne peut pas se fixer des objectifs comme ça. Pour ma part, j’ai connu deux saisons galère sur le plan statistique puisque je suis descendu. Maintenant sur le plan du jeu, on avait fait de bons matches, que ce soit à Longueau ou Ailly. Je retire beaucoup de choses de ces matches, mais cette saison, j’ai envie qu’on joue les premiers rôles. Il ne faut pas vendre la peau de l’ours mais j’ai envie qu’on forme un bon groupe et qu’on puisse espérer jouer le haut de tableau, comme les Portugais ont pu le faire l’année dernière. J’ai envie de refaire ça, et pourquoi pas viser plus haut.

Est-ce que vous craignez la suite pour votre ancien club, Ailly-sur-Somme ?

Ils ont recruté, ils misent sur la jeunesse. Quelques jeunes sont venus en fin de saison dernière et ils étaient pas mal. Je ne m’en fais pas pour Yohane (Moreira), il sait ce qu’il fait, et je pense qu’ils auront, comme nous, une carte à jouer.

Vous allez cocher la date des retrouvailles à la publication des calendriers ?

Non, je ne fais pas une fixette contre eux. Je n’ai aucun problème avec Ailly-sur-Somme. Quand on se verra sur le terrain, le meilleur gagnera le match ! Je suis parti en bons termes avec tout le monde, il n’y a pas eu de bras de fer pour partir ou rester, le coach savait mes intentions dès la fin de saison.

Propos recueillis par Romain PECHON

Laisser un commentaire