Iron Gomis (Amiens SC) : « Continuer sur cette voie le plus longtemps possible »

Iron Gomis Amiens SC
Panoramic

Révélation du début de saison, avec dix titularisations à la clé, Iron Gomis a récemment prolongé son contrat avec l’Amiens SC jusqu’en 2023. L’occasion pour le milieu de terrain de 21 ans de se confier en exclusivité pour le 11 Amiénois, afin de retracer son parcours et évoquer ses ambitions avec le club picard. Entretien.

La suite après cette publicité

Que ressentez-vous après la prolongation de votre contrat avec l’Amiens SC ? 

C’est une grosse fierté. Amiens est mon club formateur, je voulais vraiment signer un nouveau contrat ici. Cela prouve aussi qu’il y a de la confiance du club à mon égard. Quand j’ai signé mon premier contrat professionnel il y a un an (ndlr : en mars 2019), l’objectif était de m’imposer ici, de réussir et de prolonger ce contrat. C’est chose faite mais ça ne doit pas s’arrêter là. En attendant, cette prolongation démontre tout le chemin parcouru en un an. Au départ, je montais pour entraîner avec l’équipe première, j’ai même fait mon apparition dans le groupe à Angers. L’année suivante, je suis parti en prêt à Dunkerque, je suis revenu avec l’objectif de jouer et je suis très heureux de le faire aujourd’hui avec une prolongation à la clé. Maintenant, je veux m’imposer sur le long terme à Amiens.

La suite après cette publicité

Natif de Marseille, comment êtes-vous arrivé à Amiens ? 

A 13 ans, je jouais au football à Saint-Antoine (ndlr : un club du 15e arrondissement de Marseille) et je suis parti avec ma famille pour jouer au FC Rouen. J’ai évolué trois saisons là-bas, étant surclassé durant deux saisons. A ce moment-là, on joue un match amical contre l’Amiens SC et le club m’a sollicité pour un test. J’ai intégré le centre de formation et j’ai progressivement gravi les échelons jusqu’à intégrer l’équipe première.

La suite après cette publicité

Iron Gomis prolonge jusqu’en 2023 [OFFICIEL]

Avec du recul, diriez-vous que votre prêt à Dunkerque a été un vrai déclic dans votre jeune carrière ?

Ce prêt m’a fait beaucoup de bien. J’ai pu enchaîner les matches à un très bon niveau. J’ai aussi eu la chance de jouer la montée là-bas, j’étais donc dans un environnement compétitif. Le fait de jouer la montée a également joué en ma faveur, même si je ne doutais pas de mes qualités, j’ai pu les exprimer au sein d’une équipe qui jouait les premiers rôles. Là-bas, j’ai également eu la possibilité de m’exprimer à mon poste préférentiel, celui de milieu relayeur. Au centre de formation de l’Amiens SC, les éducateurs ont vu mes qualités offensives, la vitesse et la capacité à éliminer en un contre un, et ils ont décidé de me faire jouer un cran plus haut, sur le côté droit. Je m’y plaisais mais il me manque la faculté à faire la dernière passe ou à marquer, je ne suis pas un joueur de statistiques. A Dunkerque, j’ai vite retrouvé mes marques au milieu et j’ai pu améliorer mes lacunes dans le domaine de l’agressivité et de la lecture du jeu à la récupération. Je pense que ce prêt m’a fait passer un cap.

La suite après cette publicité

C’était finalement la transition idéale avant cette saison en Ligue 2 avec Amiens…

Quand je suis revenu à Amiens, j’ai pu m’appuyer sur la confiance acquise durant cette année. Pour autant, j’avais encore mes preuves à faire ici, avec un nouveau staff en place par rapport à ma première année avec les professionnels. C’est un peu comme si j’étais un nouveau joueur. Au niveau des dirigeants, je sentais qu’ils étaient attentifs à ce que je venais de réaliser à Dunkerque. Je pense que cette année m’a beaucoup aidé. A mon retour de prêt, l’été dernier, je ne me suis pas mis de barrière. J’ai joué ma carte à fond et ça a marché. L’intégration s’est faite rapidement, je me suis appuyé sur les joueurs que je connaissais comme Sanasi (Sy) qui était au centre de formation avec moi. Depuis, tout se passe bien pour moi.

Sanasi Sy : « Je suis beaucoup plus impliqué, concentré »

A tel point que vous êtes devenu un titulaire indiscutable, étant même le seul joueur à avoir pris part aux dix premiers matches de championnat…

Actuellement, ça se passe bien pour moi, je suis fier d’avoir gagné ma place. Maintenant, on ne sait jamais ce que l’avenir nous réserve. J’espère que je vais pouvoir continuer sur cette voie le plus longtemps possible. En début de saison, je me suis dit que je n’avais aucun complexe à avoir. J’avais la possibilité de saisir ma chance, il fallait jouer le coup à fond. Je n’avais rien à perdre et tout à gagner ! Jusqu’ici, ça se passe très bien pour moi. Je tiens à remercier le coach Elsner et l’ensemble de son staff qui m’ont très vite mis en confiance. Je n’oublierai jamais que le coach Elsner est le premier coach à m’avoir lancé, je tiens encore à le remercier. Dans ma tête, avec la descente en Ligue 2, il y avait une place à prendre. Je suis bien conscient que la donne aurait été différente si le club était toujours en Ligue 1. Aujourd’hui, ce serait plus difficile pour moi.

Amiens SC Gomis
Panoramic

Comment jugez-vous votre début de saison personnel ? 

C’est encourageant même si je suis conscient qu’il me manque des statistiques pour matérialiser les choses. Dans le football actuel, on regarde constamment les statistiques, on regarde le nombre de buts, de passes, d’actions créées. Je pense aussi que je peux encore gagner en régularité, être plus constant sur les matches. C’est ce qui me faisait vraiment défaut quand j’étais plus jeune. Je progresse dans ce domaine mais je sais que je peux encore mieux faire. Je travaille sur cet aspect pour m’imposer définitivement. Je sais que je peux encore faire mieux. Je vois aussi que je mets beaucoup plus d’intensité dans mon jeu que par le passé. Je multiplie les courses que ce soit vers l’avant ou pour le repli défensif. Je trouve que j’arrive à avoir un gros volume de jeu sur certaines phases de jeu, avec cette capacité à me projeter sur le côté droit.

A l’image de votre match contre Grenoble, qui reste sans doute votre meilleure prestation depuis le début de saison…

Je le pense aussi. Sur ce match, j’ai senti que je faisais de bonnes choses. Je ne parlerai pas de match référence me concernant, car il y a encore beaucoup de points à améliorer, mais c’est très certainement le match où j’ai eu les meilleures sensations, où j’ai été le plus à l’aise sur le terrain. J’arrivais à multiplier les efforts sans ressentir de fatigue. Maintenant, un peu à l’image de ce que je dis sur mon début de saison et les progrès à faire, il a manqué ce petit but en fin de match.

On n’a pas toujours mis les bons ingrédients dans les matches, notamment sur le début de saison.

On vous a vu évoluer à plusieurs postes depuis le début de saison, à la récupération dans un double pivot, relayeur droit dans un 4-3-3 ou bien encore sur le côté droit dans un 4-4-2. A quel poste vous sentez-vous le plus à l’aise ? 

Dans l’idéal, c’est vraiment en relayeur dans un 4-3-3. Je pense que c’est le poste qui correspond le plus à mes qualités. C’est un poste qui laisse pas mal de libertés offensives, je peux participer au jeu, attaquer, défendre, me projeter sur le côté droit. C’est aussi un poste qui nécessite d’avoir un gros volume de jeu, qui permet de multiplier les courses.

Collectivement, ce premier quart de saison est un peu plus frustrant avec une quinzième place à la clé. Comment analysez-vous celui-ci ? 

Je suis très frustré. Bien entendu qu’on aurait aimé gagner plus de matches ! Maintenant, il faut relever la tête après chaque déception, c’est ce qu’on fait à chaque fois, comme dernièrement après Auxerre. Même après les victoires contre Grenoble et Sochaux, on ne s’est jamais enflammés. Finalement, on ne peut s’en prendre qu’à nous-mêmes sur ce début de saison. On n’a pas toujours mis les bons ingrédients dans les matches, notamment sur le début de saison. On travaille fort à l’entraînement pour vite changer ça.

L’Amiens SC en dessous de ses capacités

De l’extérieur, on a un peu le sentiment que cette équipe manque encore de caractère et d’âme, ce qui peut l’amener à être totalement absente des débats sur certains moments des matches. Ressentez-vous cela ? 

Oui, on le ressent aussi au niveau des joueurs. En général, on est un peu en dessous en première mi-temps. Je ne sais pas comment l’expliquer mais c’est quelque chose qui se répète souvent depuis le début de saison. Même si on fait souvent de bonnes secondes périodes, il faut vite changer ça avant que ça nous porte préjudice. C’est dommage parce qu’on a vraiment le potentiel pour faire de bonnes choses cette saison. Je pense que ça va encore mettre du temps pour se matérialiser. Maintenant, c’est assez logique, on descend de Ligue 1, on a beaucoup de joueurs qui viennent d’arriver ou qui sortent du centre de formation. Il faut encore faire preuve de patience. Une fois qu’on sera bien en place, je pense qu’on fera mal à nos adversaires. Pour le moment, on voit sur de petites phases, quand on exprime tout notre potentiel, qu’il y a vraiment matière à faire de belles choses. Il faut désormais qu’on gagne en constante.

Tous propos recueillis par Romain PECHON

Laisser un commentaire