Isaac Mbenza (Amiens SC) : « On n’a pas envie de descendre ! »


Tout juste arrivé à l’Amiens SC, Isaac Mbenza est néanmoins déterminé à l’idée de sauver un club qui n’a plus gagné en championnat depuis le 2 novembre. De quoi aborder le match contre Metz le couteau sous la gorge ? L’intéressé répond. Entretien.

La suite après cette publicité

Isaac Mbenza, ressentez-vous une grosse pression avant ce match contre Metz ?

La pression est là parce qu’il n’y a presque plus le temps, les matches sont comptés. On a tous la pression. J’espère que l’équipe va gagner, prendre ces trois points, c’est le plus important avant toute chose. De mon côté, je suis dans l’état d’esprit de vouloir aider mon équipe. A Metz, il y a quelques joueurs que je connais, et puis j’ai été formé à Valenciennes avec Opa Nguette, un très bon joueur.

La suite après cette publicité

Quatorze matches sans victoire, avez-vous déjà connu ça dans votre carrière ?

Si je réfléchis bien, je ne pense pas. Ce doit être très dur à vivre mais les joueurs ne baissent pas les bras, sont toujours d’attaque. Au regard des derniers matches, il manque très peu de choses pour avoir ces points, mais ils ne sont pas là. A nous de trouver les choses à ajuster pour remporter ce match.

La suite après cette publicité

Faut-il un déclic sur le plan mental ?

C’est la tête qui fera pratiquement tout dans le sens où il y a la pression parce qu’on n’a pas envie de descendre. L’équipe n’a pas envie de vivre ça, et c’est plutôt mentalement qu’il faut essayer de changer les choses.

La suite après cette publicité

Comment expliquez-vous que cette équipe soit capable d’accrocher Paris et Lyon mais n’arrive pas à battre Toulouse ?

Ce sont des choses que l’on doit ajuster. On arrive à tenir une des meilleures équipes d’Europe, Lyon qui n’est pas trop mal non plus… Ce sont des petites choses à changer, que les gros arrivent à faire. C’est pour ça qu’ils ne perdent pas quand ils sont menés 3-0. Lyon arrive à tenir le match nul sans très bien jouer. A nous, à notre échelle, d’avoir ce déclic pour changer la donne.

Est-ce une question de motivation ou de scénario qui vous conviennent mieux ?

Tout peut arriver dans un match. Je dirais qu’il y a encore plus de motivation. Les scénarios, ils ont quasiment tout connu dans la saison, donc je dirais que c’est plus de la motivation et d’état d’esprit.

Après Toulouse, plusieurs joueurs ont avoué qu’ils avaient été rattrapés par la pression et la tension, l’état d’esprit est-il différent avant ce match quelque peu similaire ?

Il faut gagner tous les matches, on n’a plus le temps ! S’ils ont eu la pression, c’est quelque chose de totalement normal, et on va encore l’avoir contre Metz. A nous de nous relâcher, parce qu’on n’a pas su prendre les points avec la pression. Il faut essayer de jouer sans pression même si elle est là.

Sentez-vous le groupe rassuré par les dernières performances ?

Rassuré, c’est un grand mot. On a pris des points, certes, mais contre Paris on aurait dû prendre trois points, contre Monaco et Toulouse également. Je ne dirais pas rassuré mais confiant.

Propos recueillis par Romain PECHON avec Adrien ROCHER

A lire aussi : 

Amiens SC : Gnahoré sur le départ, Mendoza aussi ?

[J27] L’Amiens SC enregistre des renforts sur le plan offensif

Laisser un commentaire