Après le septième nul de la saison concédé face à Toulouse (0-0), le 11 Amiénois vous livre les flops de la rédaction à l’issue de la 22ème journée de Ligue 1 Conforama.

Amiens définitivement lâché pour le maintien direct ?

Amiens n’a pas perdu et Amiens a pris un second point sur les 30 derniers possibles. Pour autant et même si le club picard laisse le Téfécé à 6 points derrière, c’est bel et bien l’ASC qui réalise la mauvaise opération dans la course au maintien. En effet, Nîmes revient à un tout petit point derrière après sa victoire face à Monaco (3-1). Dijon (3-0 contre Brest) et Metz (3-1 contre St Étienne) s’envolent eux à respectivement 5 et 7 points. Il ne semble désormais n’y avoir plus qu’un seul salut pour l’ASC, décrocher la place de barragiste pour espérer obtenir un troisième maintien en Ligue 1. Un bien triste constat.

Un calendrier dantesque à l’horizon

Si Amiens est dans une position si inconfortable après ce nul qui n’arrange pas ses affaires, c’est aussi parce que les hommes de Luka Elsner débutent dès mercredi un triptyque de tous les dangers. En effet, ils vont affronter en l’espace de 10 jours Lyon, Monaco et le PSG avant de se déplacer chez l’ennemi juré strasbourgeois. Un calendrier qui ne prête vraiment pas à l’optimisme à moins que l’Amiens SC ne parvienne à l’exploit. Mais en est-il vraiment capable ?

On nous avait annoncé le mode guerriers (mais on ne l’a que trop peu vu)

Toute la semaine précédant le match, l’ASC avait décrété le mode « guerriers » à grand coup de messages sur les réseaux sociaux avec le hashtag #EnModeGuerriers associé à des images des joueurs maquillés. Cependant et malgré dix bonnes premières minutes, le pressing Amienois s’est très vite éteint. En effet, les Amienois, en manque d’idées, n’ont que rarement pu emballer la rencontre pas aidés, il est vrai, par un bloc toulousain venu uniquement à La Licorne pour défendre. Mais dans ce genre de configuration, la différence se fait aussi à la motivation, à la gnaque, à la grinta et malgré les discours, on n’a que trop peu vu ces ingrédients sur le terrain samedi soir.

Cédric QUIGNON (avec l’ensemble de la rédaction)

A lire aussi : 

Régis Gurtner (Amiens SC) : « Celui qui n’a pas envie de nous soutenir, il ne faut pas qu’il vienne au stade ! »

Aurélien Chedjou (Amiens SC) : « On est derrière notre entraîneur ! »

1 COMMENTAIRE

  1. C est pas trois traits de maquillages qui vont changer des joueurs non motives et vont donner des solutions à un.entraineur perdu

Laisser un commentaire