A quelques heures du quatrième match de la saison, ce samedi à 19 heures contre la Berrichonne de Châteauroux, le 11 Amiénois donne la parole à Jean-Marc Le Ruyet, notre confrère de La Nouvelle République, afin d’en savoir plus sur l’adversaire du jour. Entretien.

Publicité


Comment s’est passée l’intersaison pour la Berrichonne ?

Largement plus calme qu’à Amiens. Même sur l’aspect du recrutement, où le club n’a fait venir que trois joueurs. La principale recrue est Amir Nouri, un milieu de terrain relayeur qui évoluait en Belgique, capable de multiplier les courses, qui a marqué le but de la victoire à Ajaccio. Ensuite, il y a Ibrahim Cissé, un défenseur central ivoirien prêté par l’OGC Nice. Il est là sans option d’achat, avec le désir d’obtenir du temps de jeu pour ensuite s’imposer du côté de Nice. Ces deux joueurs se sont vite imposés, ce sont deux titulaires. La troisième recrue est Léandro Morante, un autre défenseur qui vient de National et qu’on n’a pas encore vu à l’œuvre. Du côté des départs, le club a laissé partir des joueurs en fin de contrat et ils aimeraient bien vendre de jeunes joueurs comme Haissem Hassan et Christopher Operi mais le club n’a pas encore reçu d’offre satisfaisante à ses yeux pour ces deux joueurs. Finalement, l’effectif est assez stable par rapport à la saison dernière.

Publicité


Peut-on dire que le maintien est l’unique objectif du club cette saison ? 

C’est totalement ça. Ils sont bien plus avancés que la saison dernière à la même époque mais l’objectif reste le même. Il y a eu tout un épisode entre mai et juin avec des repreneurs potentiels avec lesquels le club n’a pas fait affaire. En tout cas, il y a la volonté de trouver des actionnaires supplémentaires pour faire monter le budget qui est actuellement estimé entre 8 et 9 millions d’euros. A l’heure actuelle, le club est obligé de vendre ses meilleurs jeunes pour compenser la perte d’exploitation du club à chaque fin de saison. L’exemple le plus criant est le départ de Mateta à Lyon pour cinq millions d’euros, il y a quelques années de cela. Dans le contexte actuel, le club ne peut pas ambitionner autre chose que le maintien.

Publicité


Comment jugez-vous le début de saison ? 

Le match en Corse (victoire 1-0 contre Ajaccio) a confirmé leur capacité à être très solide derrière à l’extérieur et a ramener de bons résultats. Les bases sont solides, avec un milieu de terrain travailleur et bien en place, la problématique est plutôt devant et ça s’est notamment vu à Valenciennes où Châteauroux méritait sans doute mieux que cette défaite 1-0. Au bout de dix minutes, il y a une énorme occasion pour ouvrir le score mais Keny tire sur le gardien. Ensuite, à 10 contre 11 pendant 75 minutes, ils ont plutôt bien tenu et n’ont pris un but que sur un coup franc détourné. Contre Auxerre, ils ont tenté d’ouvrir le jeu en fin de match pour l’emporter et ils ont finalement pris le deuxième but (ndlr : 1-2) en contre. A 0-0, c’était assez équilibré et Mulumba parvient à égaliser sur coup de pied arrêté. Sur ce match, on a clairement vu plus de choses que sur pas mal de prestations à domicile la saison passée. Pour la première de la saison à Gaston-Petit, c’était plutôt intéressant. Globalement, il y a eu de bonnes choses sur ces trois premiers matches, même s’il y a – comme Amiens – deux défaites à la clé. Finalement, Châteauroux a même gagné le match où ils se sont procurés le moins d’occasions.

Publicité


Du côté de Châteauroux, dans quel état d’esprit aborde-t-on cette réception d’Amiens ?

Amiens est vu comme un gros morceau. Du côté de Châteauroux, on veut éviter qu’Amiens se réveille sur ce match. Même si c’est un peu le bazar en ce moment avec les départs en cours, ça reste un club qui descend de Ligue 1, avec des joueurs de qualité en son sein. Nicolas Usaï a également insisté sur le fait qu’il y avait eu de bonnes choses lors des deux derniers matches perdus par Amiens. Connaissant également les difficultés de Châteauroux à domicile, il serait malvenu de bomber le torse avant ce match. Il y a du respect et de la méfiance vis-à-vis d’Amiens. Maintenant, il vaut peut-être mieux jouer Amiens maintenant que dans un mois ou deux. A titre personnel, je pense que c’est un match assez ouvert. C’est également un tournant pour nous avant d’affronter deux concurrents directs dans la course au maintien (ndlr : Chambly et Niort).

Propos recueillis par Romain PECHON

A lire aussi : 

Nicolas Usaï (Châteauroux) : « Amiens va se mettre en route à un moment donné »

Luka Elsner (Amiens SC) : « On n’a pas le droit d’accepter les défaites »

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments