Malgré la lourde défaite contre Le Havre et le début de saison logiquement compliqué pour un promu, la capitaine de l’Amiens SC, Jennifer Meunier, estime que son équipe est en progrès et affiche sa confiance envers ses partenaires.

Comme on pouvait s’y attendre, c’était dur contre Le Havre…

Ce n’est pas forcément qu’on s’y attendait, mais on n’a pas fait l’entame de match comme on devait la faire. Dans l’impact, on savait que ça allait être compliqué mais on n’y était pas du tout en première mi-temps. On se fait manger et on leur donne des buts, à chaque fois sur des erreurs bêtes. Elles ont de la finition et ça fait la différence avec le haut niveau. On a manqué de combattivité en première mi-temps.

On a senti les Havraises plus athlétiques…

On savait que ça allait être un match compliqué dans ce domaine, mais on pouvait faire mal aussi. Malheureusement, on n’est pas rentrées dans la première période comme il fallait.

Que pensez-vous du début de saison de l’Amiens SC ?

On est en apprentissage. On se rend compte qu’on fait pas mal d’erreurs sur pas mal de matches. Ca reste de l’apprentissage et j’ai confiance en mon équipe. Je sais que l’on peut faire quelque chose de bien. On a peut-être mal commencé mais c’était difficile de mieux démarrer parce qu’on ne savait pas comment ça se passait à ce niveau. On est en pleine progression. On l’a encore vu en deuxième mi-temps contre Le Havre, on aurait pu totalement lâcher, mais on ne l’a pas fait, on a essayé de produire du jeu et on a réussi à les embêter un peu.

Deux victoires en huit matches, c’est suffisant ?

On peut mieux faire, c’est certain. Il y a des matches comme Grenoble, Vendenheim ou Lille où l’on a des regrets, mais c’est fait et il ne faut pas rester sur le passé. On doit se concentrer sur la progression, et le prochain match à Nice, on compte bien le gagner.

C’est un match extrêmement important qui vous attend…

Il faut le gagner pour être bien, pour prendre un boost de confiance. On doit le gagner.

Il y a un risque de doute si vous ne le gagnez pas ?

Ce n’est pas forcément que ça doute, non. On a vu que contre Saint-Etienne on a bien tenu en menant même à la mi-temps. Je trouve juste que l’on a un peu peur à chaque entame de match, on n’a pas assez confiance. On sent que l’on ne joue pas libérées alors que si on joue collectivement, on peut faire quelque chose. On s’entraîne assez pour le faire.

C’est dû à quoi ?

A une petite appréhension et un petit manque de confiance individuelle. On se motive toutes ensembles, mais si on n’a pas confiance en soi, même en groupe ça peut devenir compliqué. Ca va venir.

On sent que ce début de saison vous agace…

Je n’aime pas perdre ! Je déteste la défaite. Et ça m’agace dans le sens où l’on a perdu des points bêtement, mais c’est le jeu et ça nous fait apprendre. On ne pouvait pas arriver et tout gagner. On ne savait pas encore comment ça allait se passer en D2 et là, on voit que l’on n’a plus le droit à l’erreur.

Quel est l’axe de progression prioritaire de l’équipe ?

Je pense que c’est la libération de l’équipe. Très honnêtement, j’ai confiance en mon équipe et je sais qu’on a les capacités pour faire mal et faire douter les adversaires. On va le montrer contre Nice et on va gagner.

Propos recueillis par Stéphanie BRUMTER

A lire aussi :

> Hicham Andasmas (Amiens SC f) : « C’est un match référence »

> Division 2 (f) : L’Amiens SC chute lourdement

Laisser un commentaire