Consultant pour l’émission l’After Foot, diffusée chaque jour sur l’antenne de RMC, Jérôme Rothen considère que l’Amiens SC manque cruellement de leadership, aussi bien sur son banc que dans son vestiaire. Une lacune qui expliquerait en partie sa situation actuelle au classement. Explications.

Un vestiaire trop tendre ?

« Quand tu vois la mise en place et le don de soi contre les grosses équipes, parce qu’ils ont peur de prendre une branlée, ça veut dire beaucoup de choses. (Gaël) Kakuta est symbole de ça mais ce n’est pas le seul. Il y a certainement un problème d’autorité au sommet du club. Quand on a l’attitude et le vécu de Luka Elsner, il faut appeler un chat un chat, quand il est nommé entraîneur d’Amiens c’est tout beau pour les joueurs, très bien. Maintenant, quand ça tourne pas rond, ils se regardent et ils se demandent ce qu’il a fait dans sa vie parce que c’est un jeune entraîneur, ils se disent que c’est aussi à lui de les emmener. Tu es donc obligé d’avoir des relais et des grandes gueules dans le vestiaire, je ne parle pas des relais techniques. Sur ce point, le recrutement est défaillant. Si tu attends ça d’un (Christophe) Jallet ou d’un (Mathieu) Bodmer alors que ce n’est pas leur tasse de thé, ça ne peut pas le faire. Aujourd’hui, ça manque de leadership dans ce vestiaire. L’entraîneur a ses idées, il met les choses en place, je pense que c’est vraiment un bon technicien mais il lui manque un peu de charisme et d’autorité. C’est ce qui fait cruellement défaut à cette équipe d’Amiens aujourd’hui. »

Source : RMC Sport

A lire aussi : 

Luka Elsner (Amiens SC) : « Une remise en cause à faire de mon côté »

Aurélien Chedjou (Amiens SC) : « J’espère ne pas terminer ma carrière comme ça »

3 Commentaires

  1. Jérôme arrete de raconter n importe quoi tu es nul comme tes analyses footballistique tu n as rien n a faire sur une chaine de télé

  2. Rothen est l’archétype d’abruti qui sévit dans le football, ancien bon footballeur mais certainement fâché avec les études et au QI étriqué, il est très fier de ses performances passées et a un avis sur tout à travers le prisme de sa suffisance, le bilan que fait Luka Elsner de sa première expérience à Amiens est à l’opposé humble et plein de classe.
    Entre supporters insultant les joueurs adverses et voulant gérer les clubs sans y mettre un sou et des consultants qui parlent à tord et à travers, je me demande comment je puis encore aimer le foot

Laisser un commentaire