Malgré son probant match nul contre le Paris Saint-Germain (4-4) le week-end dernier, l’Amiens SC est plus que jamais relégable, avec désormais cinq points de retard sur le barragiste, Dijon. De quoi susciter de l’inquiétude chez les consultants de l’After Foot, l’émission quotidienne de RMC consacrée au football.

Trop de lacunes pour s’en sortir

« Je ne suis pas du tout confiant pour le maintien d’Amiens, s’exclame Jonathan MacHardy. De par son style de jeu, c’est une équipe qui sera forcément meilleure contre un adversaire qui joue, qui laisse des espaces. Dans ces conditions, ils peuvent être très forts, notamment si leur pressing tout terrain fonctionne comme contre le PSG, samedi dernier. Par contre, c’est une équipe qui a plus de mal quand le jeu est fermé. » Or, l’ASC va vraisemblablement devoir faire le jeu lors des matches couperets à venir à domicile contre Metz, Nîmes, Angers ou bien encore Saint-Etienne.

« De toute manière, tu ne peux pas te maintenir quand tu prends trois buts sur coups de pied arrêtés dans le même match, assène Kevin Diaz. Qui plus est contre le PSG, où tu dois prendre des buts dans le jeu, sur des décalages créés par l’adversaire. Là, c’est inadmissible, c’est une question d’envie, il faut sauter plus haut, y aller et ne pas se poser de questions. » Mal embarqué, le club picard doit miser sur un Sehrou Guirassy « qui va devoir marquer but sur but » pour espérer inverser la tendance, conclut avec une certaine pointe de résignation Jonathan MacHardy.

Source : RMC Sport

A lire aussi : 

Amiens SC : Mendoza poussé vers la sortie

Haitam Aleesami (Amiens SC) : « Notre identité revient ! »

3 Commentaires

  1. C’est malheureusement vrai. Après une fois ce constat effectué les joueurs savent ce qu’ils ont à faire, les problèmes de corners à régler. C’est encore possible mais il faut commencer la remontada des samedi. Nîmes ne s’occupe pas de la valeur de son adversaire, ne se pose pas de questions existentielles sur quel schéma tactique mettre en place.les nimois jouent, mettent de l’intensité, marchent sur leurs adversaires et gagnent leurs matches.l’effectif nimois n’est pas meilleur. Charge à L’ASC de faire pareil et de montrer à nouveau le même visage que contre Paris. Et puis nous avons une revanche à prendre contre Strasbourg qui nous avait ridiculise au match aller… Il y a de la monnaie à rendre samedi soir…

Laisser un commentaire