Défenseur central de l’AC Amiens, Kévin Martinez va entamer en août prochain sa dixième saison sous le maillot du club des quartiers nord. Pressenti pour être le futur capitaine d’Azouz Hamdane, celui qui fêtera bientôt ses 30 ans est prêt à assumer ce nouveau statut. Entretien.

Publicité


Trois semaines après votre descente d’un point de vue sportif, la Fédération Française de Football (FFF) a confirmé que vous ne seriez pas repêchés. Est-ce un coup dur ?

Dans nos têtes, on s’est toujours dit que l’on repartait en National 3. On avait effectivement cette possibilité d’être repêché mais ça ne dépendait pas de nous. Finalement, la commission de discipline a décidé de ne pas sanctionner Furiani, c’est comme ça. Sportivement, on ne méritait pas mieux, la logique sportive a donc été respectée.

Publicité


Aujourd’hui, arrivez-vous à vous expliquer cette descente alors que tous les signaux semblaient au vert à mi-parcours ?

Au niveau du groupe, on ne se sentait pas vraiment en danger à l’entame de la phase retour. C’est vrai que l’on n’a quasiment pas joué en janvier et février. Et quand on a repris la compétition en mars, on n’a pas retrouvé les ingrédients pour nous maintenir. Au fil des semaines, on voyait les matches passer et les mauvais résultats s’accumuler. On subissait les événements, on avait vraiment un mal fou à se procurer des occasions et à marquer des buts. Défensivement, on a commencé à perdre notre solidité en commettant à tour de rôle des erreurs plus que jamais évitables. Tout ça mis bout à bout, on a fini par perdre le fil. On a beau avoir tiré la sonnette d’alarme, on a eu le sentiment que c’était inévitable.

Publicité


Est-ce une anomalie de voir le deuxième club de la Somme être relégué en National 3 ?

On sait très bien qu’Amiens Nord reste un club mis à part. On s’est toujours débrouillé sans véritablement d’aide. Jusqu’ici, ça avait bien marché mais là on est passé à côté de notre saison. Il va falloir vite rebondir pour ne pas s’enfoncer. Je pense que certaines personnes se réjouissent de notre relégation. A notre arrivée en CFA, on a senti que certains voyaient d’un mauvais œil nos grosses entames de saison qui laissaient entrevoir une possible montée en National. Cela aurait posé un problème à l’Amiens SC. Aujourd’hui, ils sont en Ligue 1 et nous on descend en National 3, je pense que ça fait quelques heureux sur la Métropole. Maintenant, on ne se fixe pas par rapport à ceux, on va se serrer les coudes pour permettre au club de rebondir.

Publicité


A lire aussi >> Rachid Hamdane : « L’Amiens SC n’a pas tenu sa promesse« 

Justement, dans quel état d’esprit abordez-vous la saison à venir ?

Je pense que le club va connaître la fin d’un cycle et le début d’un nouveau. Certains jeunes issus du quartier risquent d’avoir davantage de temps de jeu comme Maxime Corain, Jodinel Nzeza ou encore Okan Bodur. Surtout, on perd des joueurs d’expérience comme Melvin (Adrien) et Habïb (Bellaïd). A partir de là, on sait que ça ne sera pas simple mais on veut absolument remonter le plus vite possible. Si on peut le faire dès la première saison, ce serait l’idéal. Dans le cas contraire, on visera la montée en deux ans. Ce qui est certain, c’est que notre début de saison va conditionner tout le reste. On doit impérativement prendre de la confiance rapidement.

A lire aussi >> Azouz Hamdane rempile, Habib Bellaïd s’en va

Certains joueurs vont devoir assumer un nouveau statut pour prendre le relais des anciens cadres…

Tout à fait, je sais que j’en fais partie. J’ai été éloigné des terrains pour une opération des ligaments croisés. A mon retour, je devais prendre le capitanat mais Habïb est arrivé entre-temps. Il a donc fort logiquement pris le brassard et je suis devenu vice-capitaine. Avec son départ, je vais sans doute prendre le relais. J’en ai déjà parlé avec le coach, je suis prêt à assumer un nouveau rôle aussi bien sur qu’en dehors du terrain. On va s’atteler à encadrer les jeunes pour que tout le monde soit très vite au diapason.

Afin de ne pas végéter en National 3 et ainsi remonter immédiatement…

C’est l’idée mais je pense que la moitié de l’effectif va changer. On va donc partir avec un peu de retard sur certains. Il va falloir créer de nouveaux automatismes sachant qu’il va y avoir une refonte globale de l’équipe et du projet de jeu. Je pense qu’on va lâcher des points au départ, c’est là qu’il faudra être fort mentalement pour ne pas baisser les bras. La montée va être difficile à obtenir car quatre à cinq équipes, comme Saint-Quentin, Beauvais, Grande-Synthe et donc l’AC Amiens visent clairement cet objectif.

Propos recueillis par Romain PECHON

A lire aussi >> L’AC Amiens en National 3 avec Arnaud Binet

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments