formation
Patrice Descamps (à gauche) en compagnie de Christophe Huck, nouveau directeur de la préformation @Lionel Herbet

Directeur du centre de formation de l’Amiens SC, Patrice Descamps a peu goûté aux commentaires de certains de ses confrères sur la stratégie du club en la matière. Estimant que les critiques sur le manque de joueurs locaux formés par le premier club de la région étaient infondées, le formateur amiénois monte au créneau chiffre à l’appui. Entretien. 

Publicité


Ces dernières semaines, certaines critiques ont été formulées à propos de la stratégie de l’Amiens SC en matière de formation. Quelle est votre réaction ?

On ne peut pas empêcher les gens de véhiculer des idées fausses afin de faire du bruit. J’ai envie de leur demander s’ils sont capables de donner des chiffres sur notre formation. Sont-ils capables de dire concrètement ce qui se passe à l’Amiens SC ? Si ce n’est pas le cas, ils me passent un coup de fil ou bien ils viennent me voir et on échange sur le sujet. Aujourd’hui, sur un effectif de 75 joueurs âgés de 15 à 20 ans, 66% des joueurs viennent des Hauts-de-France et surtout un jeune sur trois est un Amiénois. Il ne faut donc pas raconter n’importe quoi et se montrer populiste en racontant des choses qui sont erronées.

Publicité


     Jean-Paul Lucas : « Un projet ambitieux avec l’US Camon »

On vous sent passablement énervé…  

Il n’est pas possible d’empêcher un jeune Picard de signer à Reims, Rennes, Strasbourg ou même à Nancy parce qu’un recrutement isarien travaille pour ce club. On ne fera jamais un 100% local parce que c’est tout simplement impossible. Néanmoins, on travaille cet axe de la formation locale et on a déjà réussi à travailler avec des clubs comme le RC Amiens et Chaulnes pour la préformation.

Publicité


Source : Document interne du centre de formation de l’Amiens SC

Concrètement, quelle est donc la politique de formation de l’ASC ?

Notre politique en termes de formation et de recrutement s’articule autour de quatre axes.

Le premier axe, c’est un recrutement local (Amiens, l’Aisne, l’Oise et les départements du Nord). Pour cela, on a mis en place un pôle recrutement. Et on mène la réforme de notre école de football et de la préformation. On sait que l’on doit améliorer notre recrutement sur les 25 kilomètres aux alentours pour l’école de football. Et sur les 50 kilomètres pour la préformation. Maintenant, il faut nous laisser le temps de progresser sur ce critère. C’est la raison pour laquelle on a embauché l’ex-directeur du pôle espoir de Lievin, Christophe Huck.

Publicité


Le deuxième axe, c’est la région parisienne. Paris est l’une des deux places mondiales de « producteur de joueurs ». Amiens étant à une heure en train de cette place forte du football, ce serait être irresponsable de s’en priver. Je suis d’accord pour dire qu’il ne faut pas aller recruter uniquement en région parisienne. C’est la raison pour laquelle nous sommes donc à environ 25% de nos pensionnaires du centre qui viennent de Paris. Ou de ses alentours.

Notre troisième axe de développement est la région rouennaise. C’est une terre qui produit des talents et qui, hormis Quevilly, n’a pas de club professionnel.

Ensuite, le dernier axe s’apparente à des one shoot. C’est faire des coups et des paris sur l’international, les DOMTOM et partout en France. Ce sont des ajustements à la marge qui entrent pleinement dans notre stratégie de formation globale. On sait aussi qu’on n’empêchera jamais Lille de faire un recrutement sans foi ni loi un peu partout et notamment à Camon. Maintenant, il faut que les gens qui parlent sur notre politique de formation sachent concrètement de quoi ils parlent. Surtout, notre meilleure réponse est de voir que parmi les cinq jeunes qui vont intégrer le groupe professionnel à la reprise il y aura deux « purs » Amiénois, un Picard et deux Parisiens. Que veulent-ils de plus ?

Propos recueillis par Romain PECHON

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !

Laisser un commentaire