L’AC Amiens doit encore faire mieux


Tenu en échec par Tourcoing (1-1) à l’occasion de la deuxième journée de National 3, l’AC Amiens manque encore de constance et d’intensité aux yeux de son entraîneur, Azouz Hamdane. Entretien. 

La suite après cette publicité

Le 11 Amiénois : Quel est votre sentiment après ce match nul contre Tourcoing ?

Azouz Hamdane : Je suis satisfait parce qu’on est revenu après avoir été menés au score. Sur la première mi-temps, c’est logique que Tourcoing soit récompensé de sa bonne entame. Il n’y a pas de scandale à ce moment-là. On a été dépassé dans tous les secteurs du jeu lors des vingt-cinq premières minutes. Néanmoins, j’ai surtout des regrets sur la deuxième partie de la première mi-temps et la deuxième période. On doit gagner ce match car on a haussé notre niveau et qu’on a livré un deuxième acte très intéressant et riche sur le plan du contenu. Quand on a des rencontres comme celles-ci, où nous en sommes en capacité de l’emporter, c’est rageant de ne pas être en mesure de mettre ce deuxième but.

La suite après cette publicité

Malgré tout, votre entame de saison est plutôt positive…

Quand on regarde nos adversaires, l’Amiens SC et Tourcoing ont plutôt bien figuré dans ce championnat ces dernières saisons. On se retrouve avec quatre points sur six possibles mais je ne sais pas trop quoi en penser. Seul le temps nous dira si ce sont de bons résultats mais j’ai le sentiment que Tourcoing est un résultat moyen. En tout cas, je suis déçu par le rythme et l’intensité que ne parviennent pas à mettre mes joueurs. Quand ils sont libérés, cela donne des choses plus qu’intéressantes mais ils ont du mal à faire la différence entre mettre du rythme et jouer de manière euphorique. C’est un peu problématique.

La suite après cette publicité

Comment expliquez-vous cette lacune ?

Il faut impérativement gagner en maturité. A l’entraînement, c’est propre sur le plan technique, il n’y a pas de souci, mais dès que l’on se fait rentrer dedans en match, on est tout de suite naïf et on pleure après l’arbitre quand on reçoit des coups. Il faut très vite se mettre en mode guerrier et appréhender les contours de ce championnat. En National 3, il y a de la bagarre partout, dans tous les secteurs. Les joueurs adverses ne lâchent rien et c’est la raison pour laquelle je veux des joueurs qui mettent plus d’intensité. On doit gagner en justesse technique et en simplicité. On a tendance à toucher le ballon une à deux fois de trop, ce qui a le don de m’exaspérer au plus haut point. Maintenant, je ne ferai aucun cadeau. Ceux qui sortiront leur épingle du jeu en parvenant à reproduire ce que l’on souhaite seront alignés. Quant aux autres, ce sera tant pis pour eux. Ils doivent écouter les consignes et appliquer. Hormis cet aspect négatif, c’est un bon groupe qui travaille bien et qui a un bon état d’esprit mais qui doit devenir acteur de ses matches.

La suite après cette publicité

On a le sentiment que vous êtes confrontés à ce problème depuis plusieurs saisons…

C’est différent. Cette saison, j’ai des joueurs dont le profil m’intéresse grandement. Maintenant, il s’agit pour moi de les faire progresser et pour eux de comprendre qu’il faut écouter pour y parvenir. Il y a peut-être aussi un petit manque de confiance au moment de prendre des décisions. Je pense que c’est surtout le traumatisme des deux saisons passées. Personne ne veut faire l’erreur qui va coûter le match mais c’est le meilleur moyen de se louper. Tout cela, c’est une somme de petits détails qui sont les plus difficiles à travailler. Néanmoins, je sais qu’on va y arriver parce que ce sont des joueurs qui sont capables de le faire et qui, je pense, en ont envie. Faut désormais le prouver.

Propos recueillis par Romain PECHON

Laisser un commentaire