Mené au terme d’une première période dans la lignée des dernières sorties, à savoir très insipide, l’Amiens SC a su faire son retard pour arracher un précieux match nul face à Reims (1-1), ce mercredi.

Publicité

Reims aurait dû avoir un penalty…

Si l’Amiens SC devra encore attendre pour retrouver le goût de la victoire, le match nul acquis au forceps contre Reims aura au moins le mérite de contenir l’incendie, parce que la maison amiénoise a bien failli être consumée par les flammes. Sans le but de Konaté en tout début de seconde période (1-1, 54e), nul doute que la situation serait devenue difficilement tenable pour les dirigeants amiénois. Et pourtant, les Amiénois débutaient la rencontre avec une envie de bien faire, symbolisée par un pressing haut et collectif, avant de rapidement retomber dans leurs travers.

Publicité

Après de nombreuses fautes dans l’entrejeu de ses coéquipiers, c’est dans la surface de réparation que Calabresi semblait commettre l’irréparable en retenant du bras Doumbia (24e). Démuni de l’assistance vidéo, défaillante en première période selon le diffuseur de la rencontre, Monsieur Hamel ne bronchait pas et laissait le jeu se poursuivre. Une première chaude alerte pour l’ASC. Trois minutes plus tard, Doumbia faisait passer un sérieux frisson dans les travers de la Licorne en trouvant d’une frappe dès 30 mètres le poteau gauche de Gurtner (27e).

Publicité

…Amiens a eu le sien

C’est finalement dans le temps additionnel de ce premier acte que les Rémois trouvaient la faille dans la défense picarde. Dans la foulée d’une perte de balle de Gnahoré, Kutesa remontait tout le terrain avant de prendre sa chance du gauche avec succès à l’entrée de la surface (0-1, 45e+1). De quoi faire dégoupiller les supporters, raccompagnant les joueurs avec une flopée de sifflets, pendant que Guirassy et Calabresi s’expliquaient de manière virulente, nécessitant même l’intervention de Chedjou pour séparer les deux hommes.

Publicité

Dos au mur, Luka Elsner procédait à deux changements en lançant dans la bataille Monconduit et Otero. Et c’est donc dans un premier quart d’heure de révolte au retour des vestiaires qu’Amiens parvenait à égaliser. Accroché au niveau du point de penalty par Disasi, Guirassy obtenait un penalty après assistance vidéo. Et si Moussa Konaté manquait sa première tentative, il ne tremblait pas au moment de reprendre le ballon renvoyé par Rajkovic pour offrir un précieux point à son équipe (1-1, (54e). Reims aurait même pu l’emporter sans un but refusé à Dingomé pour un hors-jeu contestable (67e).

Si l’Amiens SC n’a pas complètement rassuré, loin de là, face à Reims, il est parvenu à mettre fin à son hémorragie de défaites en championnat. Faute d’une victoire, les Amiénois se contenteront donc de ce point de l’espoir. Ni plus, ni moins.

Romain PECHON

AMIENS SC – STADE DE REIMS : 1-1 (0-1)

16ème journée de Ligue 1 Conforama

Stade Crédit Agricole la Licorne, Amiens

Buts : Konaté (54e) pour Amiens ; Kutesa (45e+1) pour Reims

Avertissements : Zungu (20e) pour Amiens ; Doumbia (72e), Nkada (78e) pour Reims

Amiens : Gurtner (c.) – Calabresi, Chedjou, Dibassy – Jallet – Diabaté, Gnahoré (Monconduit, 46e), Zungu (Bodmer, 80e), Mendoza (Otero, 46e)  – Guirassy, Konaté

Remplaçants : Dreyer (g.), Aleesami, Lefort, Monconduit, Blin, Bodmer, Otero

Entraîneur : Luka Elsner

Reims : Rajkovic – Foket, Abdelhamid (c.), Disasi, Konan – Munetsi, Cassama – Doumbia (Kamara, 80e), Dingomé, Kutesa (Nkada, 71e) – Dia (Suk, 90e+2)

Remplaçants : Lemaître (g.), Maresic, Kamara, Sissoko, Suk, Donis, Nkada

Entraîneur : David Guion

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !

6 Commentaires

  1. L’état d’esprit se voit à la fin du match : certains comme monconduit sont réellement dépités malgré avoir fait le maximum des son entrée en 2eme. D’autres s’en foutent complètement comme Diabate que l’on voit régulièrement rigoler avec des adversaires après le march… Et qui a encore été un casperce soir. Zungu continue de prendre des jaunes inutiles à la 20eme comme il y a 8 jours, donc n’a rien appris de ses erreurs. Jallet que je respecte quant à sa carrière est malheureusement dépassé aujourd’hui, preuve en est sur le but de Reims. GNAHORE… que dire ? Rien ! comme ce qu’il produit depuis pas mal de temps. Donc autant qu’il parte d’ici le 31 janvier, un peu de ménage ne fait jamais de mal. Otero, idem, ne sert à rien, flop complet. Qu’il reparte en Colombie ce ne sera pas plus mal. Pour les prochains matches, il faut garder les seuls ayant encore l’esprit de combat et qui ne se résignent pas (lefort, blin, monconduit), et Mr Williams, ou en est le Mercato ? Il existe sûrement des joueurs barrés dans leurs clubs qui ont envie de jouer contrairement à certains cités. Il y a urgence !

  2. Comment Elsner peut il encore titulariser Gnahoré ???? Qu’il attende la ligue 2 pour nous infliger ça, ce qui devrait arriver assez vite vu le coaching proposé, comment penser 1 seconde que l’entrée d ôtero en deuxième mi-temps va apporter quelque chose. Heureusement ce soir l’arbitrage est aussi triste que nous. Désolant…..

  3. Donner 3 jours de repos à cette équipe qui manque de rythme on ne comprend plus rien à ce club un match amical aurait été une bonne chose

  4. Tout d abord je voulais remercier Gnahore, notre champion du monde de la passe en retrait… pour une fois qu’il porte le ballon vers l avant avec une belle opportunité de contre, ça finit n importe comment avec un contre pour Reims et but…

    Zungu qui ne prend pas rouge malgré ses 18 fautes…

    Mr le président qui a suffisamment repete que c’était une année charnière avec les droits TV alors il a mis dehors l entraîneur qui avait 100% de réussite pour mettre un inconnu en L1…

    Je n arrive même pas à trouver un point de satisfaction quelque part tellement c’est nul

    Il faudra un grand Kakuta et un grand Godhos pour sortir de là, ou alors un arbitrage plus que complaisant comme ce soir sur les 15 derniers matchs…

  5. Le.match nul.ne.doit pas cacher la.misere de cette équipe, bon trois jours de repos bien.merite….
    Quand il disait que le travail allait les sauver …..

Laisser un commentaire