Revenu sur le fil à Nîmes (1-1), l’Amiens SC aurait pu espérer un bien meilleur résultat sur l’ensemble de la partie. Néanmoins, le manque d’intensité affiché en première période a plombé les hommes de Luka Elsner. Voici les trois principaux enseignements de la rencontre. 

Une entame « pépère »

Prévenus et conscients de l’importance du défi physique, les Amiénois ont pourtant peiné dans ce domaine en première période contre des Nîmois qui n’avaient finalement que ça à proposer. « On tombe dans la facilité parce qu’on sent qu’on prend le match petit à petit en mains. J’ai trouvé qu’on y allait un peu pépère, en se disant qu’en continuant ainsi ça allait le faire, regrette Luka Elsner. On s’est fait piéger tout de suite derrière et on a dû cravacher dur pour revenir en deuxième mi-temps« . Effectivement, après plusieurs avertissements en début de match, l’Amiens SC a fini par encaisser un but à la suite d’une perte de balle facilement évitable d’Aurélien Chedjou au niveau de la ligne médiane. Une faute de concentration qui aurait pu coûter très cher.

Une réaction à saluer 

Menés au score, les coéquipiers de Régis Gurtner ont au moins eu le mérite de prendre le taureau par les cornes au retour des vestiaires. Et après une première situation amenée par un bon centre de Blin et une reprise de volée de Mendoza sur le poteau, les Samariens ont intensifié leur domination dans les vingt dernières minutes. « On a cravaché jusqu’au bout et on a été récompensés de nos efforts, apprécie le gardien de but de l’ASC. Il faut garder ces valeurs qui sont importantes. On démontre depuis plusieurs semaines qu’on a un bon groupe et une équipe performante« . D’autant que si l’égalisation s’est faite attendre, Amiens aurait très bien pu faire trembler les filets plus tôt sans un grand Lucas Dias, pour sa première en Ligue 1, et une décision contestable de M. Stinat.

Une situation finalement difficilement lisible

Si ce point récolté à Nîmes est important d’un point de vue mental, il ne permet pas vraiment de clarifier la situation sur le plan comptable. Si Amiens n’a concédé qu’une seule défaite sur ses six derniers matches, affichant sur cette même période le neuvième bilan du championnat, la différence demeure infime avec la zone rouge après dix journées disputées. Avec deux points d’avance sur le barragiste (Nîmes) et trois longueurs sur le premier relégable (Dijon), la formation picarde reste à portée de tir des autres candidats au maintien. Le tout avant un déplacement à Saint-Etienne, regonflé à bloc après ses deux dernières victoires en fin de match. Toutefois, Amiens affiche une qualité de jeu certaine qui doit lui permettre de s’éloigner, sur la longueur, des eaux troubles. A confirmer.

Romain PECHON

A lire aussi : 

> [J10] Nîmes – Amiens SC : Une attaque qui a « croqué »

Régis Gurtner (Amiens SC) : « Garder beaucoup de positif »

1 COMMENTAIRE

  1. Certes peu de marge sur la zone rouge mais Amiens est aussi a 4points du top 5….championnat très homogène Où les grosses ecuries peinent en lâchant des points aux « petites équipes »!

Laisser un commentaire