En crise de résultats et au bord du gouffre au classement, l’Amiens SC n’a pas d’autre choix que de revenir avec des points de son déplacement à Brest, ce samedi. Tout autre résultat pourrait fracturer le club à plus d’un titre.

Amiens n’a plus le droit à l’erreur

L’heure est grave ! Depuis le match aller, le 2 novembre dernier, l’Amiens SC ne l’a plus emporté en Ligue 1. Huit rencontres sans succès, avec pas moins de six défaites au compteur et surtout la bagatelle de 22 buts encaissés, rien qu’en championnat. De quoi aborder ce déplacement à Brest avec une certaine forme d’appréhension voire de la nervosité ? « C’est une situation qui n’est jamais facile, concède Luka Elsner. Maintenant, au niveau du staff, on essaye de poser les exigences à même de nous permettre de nous maintenir et il faut que les joueurs suivent. »

Et c’est bien là l’interrogation à l’heure actuelle, cet effectif est-il pleinement concerné et mobilisé dans cette difficile quête du maintien ? « Nous avons compris l’importance du moment, assure Arturo Calabresi. Je pense que cette équipe a les capacités mentales pour sortir de cette situation et jouer ce match à Brest avec de la pression. » Et pour cause, malgré les discours rassurants, l’Amiens SC est en situation d’alerte au moment d’enchaîner Brest et Toulouse, deux concurrents directs, avant un triptyque Lyon-Monaco-PSG qui ne présage rien de bon.

Elsner au pied du mur

En sursis, Luka Elsner est bien conscient de l’importance de ce match à Brest, aussi bien pour le club que pour son avenir personnel. « Dans notre situation, on ne va pas se dire que l’on va gagner à Brest, tout résultat positif (ndlr : un nul) serait déjà intéressant, glisse-t-il. Il faudra déjà réussir un bon match, faire une bonne performance, complète, avoir une bonne assise, du répondant offensif et ensuite, ce que le résultat donnera, ce sera en fonction de ce que l’on aura donné sur le terrain. Et ça commence par avoir un état d’esprit parfait. Si tout se réunit, beaucoup de choses sont possibles. »

Le problème est qu’Amiens est actuellement incapable de réaliser « un match complet de bout en bout« . Contre Reims, c’est avec l’énergie du désespoir, animé d’un sentiment de révolte, que les Picards ont évité une nouvelle défaite. Sur la durée, Luka Elsner reconnaît que cela n’est pas suffisant : « Il ne faut pas qu’on soit toujours dans une réaction à quelque chose. On cherche à avoir une dynamique dès le début du match. On doit ensuite sentir cette énergie durant la majorité du match. On veut être entreprenant, essayer d’avoir les choses en main et simplement tout donner pour retrouver de la confiance. »

Une confiance qui n’a cessé de s’effriter au fil des semaines, faisant place à un doute toujours plus intense. Et si une victoire contre Brest ne balayera pas tout d’un revers de main, celle-ci aurait au moins le mérite de stopper l’hémorragie et d’éviter que la maison soit en feu avant la réception de Toulouse, pour ce qui serait alors peut-être bien le match de la « dernière chance ». Pour Luka Elsner et sans doute aussi pour l’Amiens SC.

Romain PECHON

STADE BRESTOIS – AMIENS SC

21ème journée de Ligue 1 Conforama

Samedi 25 janvier, 20 heures

Stade Francis-Le-Blé, Brest

Arbitre : M. Leonard

5 Commentaires

  1. On passe d hyper positif à hyper négatif..
    Alors que tout ne va pas si mal avec le même nombre de point que l.annee dernière avec 20 match …

    • Que c’est triste. Quel est l’intérêt de ce genre d’article surtout lorsqu’on sait que l’année dernière nous avions 18 pts après 23 journées. Nous verrons si dans 3 journées, nous avons plus de points ou pas. Dans le pire des cas, nous aurons le même nombre. Alors, merde, laissez les bosser, encouragez les et arrêtez de faire de la tragédie à 2 balles. La situation n’est pas pire que l’année dernière. Y en a marre.

  2. Oui, mais il est vrai que le propos du coach n’est pas très positif ni adapté ni motivant au vu de la situation. « On ne pas pas dire qu’on va gagner à Brest »… Dans quel état d’esprit faut il y aller donc ? Il n’y a pas de défaite encourageante, ça n’est pas vrai et ça n’existe que dans les conf de presse d’après match quand on n’a rien d’autre à dire aux journalistes. Le vrai discours a avoir, c’est de se déplacer à Brest avec les crocs, pour se battre, ne rien lâcher et ramener 3 pts ! Il n’y a rien d’autre à dire.
    Allez Amiens.

  3. Brest veut gagner chez lui et sera offensif le moment voulu pour prendre 3 pts. Amiens a le cul entre 2 chaises: ne pas perdre est la priorité mais la victoire se fait attendre et ferait du bien avant Toulouse.

    Tout le monde sait que le match à gagner, c’est le match de la peur contre Toulouse.

Laisser un commentaire