Secteur de jeu le plus garni en début de saison avec cinq hommes pour deux places dans le onze de départ, l’entrejeu amiénois a-t-il tenu ses promesses durant la totalité de la saison ? Luka Elsner est-il parvenu à former la meilleure paire possible ? Décryptage.

Publicité


Des promesses parfois déçues

« On a un des meilleurs milieux de terrain du championnat. J’abuse un peu mais c’est vraiment la sensation que j’ai. On est très bien fourni à ce niveau-là, tout le monde a de la qualité et travaille durement. C’est un constat difficile mais quel bonheur d’avoir ça ! Tout entraîneur rêverait d’avoir plusieurs options aussi valables les unes que les autresC’est un vrai avantage d’avoir une telle structure d’effectif, une force de l’équipe. » A la veille de la réception de Nantes (3e journée de Ligue 1), Luka Elsner avait tenu ces mots forts à propos de son milieu de terrain, où la concurrence s’annonçait farouche entre Thomas Monconduit, Alexis Blin, Eddy Gnahoré et Bongani Zungu.

Publicité


Neuf mois plus tard, sans dire que cet enthousiasme a accouché d’une déception, le milieu de terrain amiénois s’est quelque peu désagrégé au fil de la saison. Dans le dur à l’automne, Thomas Monconduit n’a finalement pas eu le même rendement que les saisons précédentes, même s’il semblait terminer fort avant l’arrêt définitif de la saison. Au total, l’ancien Auxerrois n’a débuté que quinze des vingt-huit matches disputés par son équipe. Lui étant souvent préféré sur la phase aller, Eddy Gnahoré n’a pas eu le rendement escompté. Jamais décisif, alors qu’il sortait d’une saison à quatre buts, le longiligne milieu de terrain a même été sorti de l’équipe après une première période désastreuse contre Reims, à la mi-janvier, avant de trouver exil en Chine fin février.

Publicité


Après une saison 2018/2019 pourrie par les blessures, Bongani Zungu n’est pas parvenu à retrouver le niveau qui a été le sien lors de sa première année sous le maillot amiénois. Capable de sortir de gros matches contre les cadors du championnat (Paris, Marseille, Lyon), il a aussi et souvent déçu dans les matches qui comptaient pour le maintien (Brest, Toulouse, Bordeaux…). Tout proche d’un départ au mercato d’hiver, le Sud-africain a ensuite donné le sentiment de vouloir se montrer sans pour autant être réellement concerné par l’avenir de son équipe. Finalement, le plus constant de tous aura été Alexis Blin. Joueur le plus utilisé par Luka Elsner, il aura été le guerrier, pas toujours au top, mais toujours prompt à aller au combat pour les siens.

Publicité


Objet de grosses attentes, le milieu de terrain amiénois nous aura finalement laissés sur notre fin. A l’image de l’ensemble de cet effectif, c’est un sentiment de gâchis qui prédomine au moment d’effectuer les bilans : Amiens pouvait légitimement prétendre à mieux cette saison.

La Rédaction

A lire aussi : 

Amiens SC : [2019/2020] Une finalité brutale et douloureuse

Luka Elsner (Amiens SC) : « Nous n’avons été relégables que six journées »

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !
S’abonner
Notifier de
guest
3 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Ramza
Ramza
5 mois il y a

Ce n’est pas votre fort l’objectivité. Tant qu’à faire également la meilleure attaque et la meilleure défense. Mais bon vous finissez 19 ème

Hamster Magic
Hamster Magic
5 mois il y a

Un milieu qui ne bouge pas assez les lignes. Statique en attaque. À part Kakuta je ne vois pas de merveille.
Mendoza va bcp manqué sur les derniers match.
Et Ghoddos… Je n’arrive pas à me faire un avis.
Il nous manquait surtout des milieux défensifs. Des coureurs de fond du type Kanté.
M’enfin

Desilusion
Desilusion
5 mois il y a

Le meilleur de ligue 2 …