Dans le cadre du débrief du match Marseille-Amiens SC dans l’Equipe du soir, vendredi dernier, Gilles Favard et Pierre Nigay se sont écharpés sur l’analyse à faire de la saison du club entraîné par Luka Elsner.

Gilles Favard est tout sauf convaincu

« On va encore entendre dire qu’Amiens propose du jeu ! Ils ont 23 points, ils sont 19e, s’ils avaient proposé tant de jeu que cela, ils auraient 40 ou 45 points. Pour autant, Amiens mérite largement son match nul contre l’OM. Tout le monde dit que Elsner est extraordinaire mais ils n’ont que 23 points, ils n’ont pas été capables de battre Nîmes, Dijon, Toulouse et Bordeaux. Joannin, s’il descend en Ligue 2 ça lui coûtera 20 millions d’euros ! »

Pierre Nigay retient les gros coups

« A un moment, il faut admettre que cette équipe d’Amiens produit du jeu ! Ils ont eu 13 tirs à Marseille, soit autant que leurs adversaires. On ne peut pas nier le fait qu’ils soient 19e mais cette équipe réussit bien face aux grosses équipes parce qu’elle produit du jeu ! Ils n’ont pas fait 4-4 contre Paris par hasard, ils ont pris des points contre Lyon et ils ont gagné contre Marseille à l’aller à domicile. On ne peut pas enlever tout ça à l’équipe de Luka Elsner. »

Source : La Chaine L’Equipe

A lire aussi : 

Guy Roux : « L’Amiens SC a un effectif inégal ! »

Bernard Joannin (Amiens SC) : « Ça coûte 320 000 euros par match »

1 COMMENTAIRE

  1. Je doute fort que les deux personnages regardent les prestations hebdomadaires de cette équipe.
    Force est de constater qu’Amiens se défend assez bien contre les grosses écuries du plateau. Qui faut-il encenser ? Les joueurs et l’entraineur.
    Force est de constater qu’Amiens propose un jeu médiocre voire à la limite du lamentable face à des formations de son niveau (Toulouse, Strasbourg, Nimes, Metz et j’en passe). Qui faut-il cibler comme responsable(s) ? Les joueurs et l’entraineur.
    Point barre.

    Quinze rencontres sans victoire, deuxième pire défense du championnat, pire équipe sur les phases arrêtées défensives. Tout le monde dit qu’Amiens a un effectif de milieu de classement (a minima) alors à qui la faute, la réelle faute ?

    Des joueurs qui choisissent leurs rencontres et un entraineur, bizuth du haut niveau, qui n’apprend pas de ses erreurs (mais qui les reconnait, c’est un premier pas vers la guérison) et qui a une vision dogmatique des choses. Sans oublier une direction à la rue.

    La situation est grave et les fautes sont collectives, tout simplement.

Laisser un commentaire