L’Amiens SC est encore en chantier

Barragiste à l’issue du premier mois de compétition, l’Amiens SC peine à lancer sa troisième saison en Ligue 1. Amoindri par les blessures et les suspensions, le club picard a également besoin de renforts pour se maintenir. Décryptage. 

Un premier mois compliqué

Absent des débats en seconde période à Toulouse (2-0), l’Amiens SC a ainsi concédé sa troisième défaite en quatre matches. Pourtant, le premier acte avait laissé présager mieux à tout le monde, à commencer par Jordan Lefort. « Je cherche encore des réponses parce qu’on avait fait une très bonne première période, confirme le défenseur amiénois. C’est dommage d’entamer la deuxième de la sorte, en prenant deux contres. Cela nous a fait très mal, on n’a pas su se relever. » Pour preuve, Amiens ne s’est procuré aucune occasion franche dans la dernière demi-heure de jeu. « À l’exception de Moussa (Konaté), qui a montré une réelle envie de marquer, il y a eu un manque de réaction important, regrette Luka Elsner. On n’a pas la capacité physique pour le faire, notamment pour Gaël (Kakuta) et Chadrac (Akolo) qui ont du mal pour terminer les matches, mais on a manqué de combativité, de compétitivité, de l’envie de se battre contre la défaite. »

Et c’est justement là que le bât blesse depuis le début de saison. Réputé pour son état d’esprit, sa faculté à ne jamais rien lâcher, à tenir bon dans l’adversité, Amiens n’a eu de cesse de craquer depuis le début de saison. Il y a d’abord eu ce but dans le temps additionnel à Nice. Puis cette défaite contre Nantes – malgré une égalisation en infériorité numérique – et enfin cette deuxième période insipide à Toulouse, au cours de laquelle les Picards n’ont montré aucun sentiment de révolte. « On ne va pas au bout de ce qu’on peut faire pour vraiment forcer le destin, constate Luka Elsner. Il faut que ces trois défaites trottent dans la tête des joueurs. On doit avoir davantage les crocs devant les buts. Il ne faut pas que ça passe inaperçu. Si on reste comme ça, on aura vite de nouvelles défaites. Ce que l’on fait est joli mais joli ne fait pas décrocher des points. »

Barragiste avec trois points au compteur, Amiens est effectivement déjà dans le dur. Outre l’aspect comptable, le jeu produit par la troupe de Luka Elsner est également motif d’inquiétude. Esseulé à la pointe de l’attaque picarde, Serhou Guirassy ne peut réaliser de miracles. Attendu comme le messie, Gaël Kakuta semble pour sa part subir le contre-coup d’une préparation tronquée, outre un positionnement pas toujours optimal sur le terrain. Quant à Chadrac Akolo, il brille par son inconstance depuis son entrée tonitruante à Nice. Résultat des courses, la formation samarienne n’a inscrit que trois petits buts depuis le début de saison. Elle est également une des formations tentant le moins sa chance et cadrant même le plus petit nombre de tirs. À partir de là, difficile de faire basculer les rencontres de son côté.

Sans être en état d’alerte maximal, Luka Elsner a clairement du pain sur la planche pour trouver la bonne formule et donner une identité à son équipe. Le tout sans Saman Ghoddos, suspendu quatre mois, et avec les incertitudes planant autour de Prince Gouano, malade, et de Moussa Konaté, dont l’avenir demeure incertain d’ici la fin du mercato. Soient trois joueurs de talent qui ne feraient pas de mal à cette équipe cruellement en manque de repères et de certitudes après quatre journées de championnat. Affaire à suivre.

Romain PECHON

À lire aussi : 

[J4] TFC – Amiens SC : Une criante inefficacité offensive

[J4] TFC – Amiens SC : Une innovation tactique à revoir

Amiens SC : le programme du 2 au 8 septembre

2 Commentaires

  1. Et ça n’inquiète personne qu’on ai pas d’autres lateraux de métier que aleesami et jallet ??

    Si on veut faire du 5 3 2 ça va être ingerable si ces postes sont pas bien doublés !

  2. on va tout droit en ligue deux pas de recrutement pas de sang neuf la charniere centrale qui prend l eau le milieu pas au niveau et aucune creation offensive.
    Voila comment on detruit un club quand le sportif est gerer par des comptables frileux sans idées

Laisser un commentaire