Battu par une solide formation de Montpellier pour son premier match à domicile (1-2), l’Amiens SC a affiché ses lacunes actuelles. Attentiste sur le plan défensif, inefficace offensivement parlant et encore en quête de repères collectifs, l’équipe de Christophe Pélissier est tout sauf prête. 

Publicité

Une défaite alarmante ?

Désireux de lancer sa saison à domicile par une victoire, l’Amiens SC a tout mis en oeuvre pour faire la différence. L’équipe a rapidement pris le contrôle du match contre Montpellier, samedi. Cependant, un déficit d’efficacité et de criantes fautes de concentration ont fait basculer la rencontre en sa défaveur. « En première mi-temps, on a deux situations à deux contre deux qu’on exploite mal alors que Montpellier se montre réaliste en convertissant deux de ses trois tirs cadrés, constate Christophe Pélissier. Après le point positif est qu’à 2-0 le groupe s’est révolté pour ne pas sombrer, ce qui est difficile sur des matches comme ça. » 

Publicité

A l’inverse, Amiens avait totalement sombré lors de son premier match à la maison contre Angers (0-2), l’an dernier. Ce qui fait dire à Christophe Pélissier que la défaite face à Montpellier s’avère bien moins inquiétante que ce revers concédé face aux Angevins pour le premier match de l’histoire du club à domicile en Ligue 1 : « On avait été en grande difficulté face à Angers. Ce soir (ndlr : samedi), on perd surtout sur un problème d’efficacité. Il faut aussi analyser les choses de manière plus concrète : quand on ne fait pas la préparation avec tous nos joueurs, c’est difficile d’être prêt dès le début de saison. C’est difficile de retirer des points positifs mais il faut positiver et on va continuer à travailler pour être meilleur et plus efficace. »

Publicité

Renforcer le secteur offensif

Le problème de l’Amiens SC serait donc double : une préparation d’avant-saison tronquée pour certains et un manque d’automatismes de manière générale. « Je fais aussi avec les joueurs que j’ai, tous mes offensifs de l’effectif était sur le terrain au départ, note l’entraîneur picard. C’est donc compliqué de pouvoir faire des changements, surtout quand on est mené au score, pour amener du sang frais offensif. » Christophe Pélissier s’est donc résolu à faire entrer en jeu Rafal Kurzawa, « qui est arrivé il y a dix jours et qui n’a pas fait de préparation » dixit Pélissier mais dont les premiers pas se sont avérés intéressants.

Néanmoins, l’Amiens SC ne peut miser sur le seul international polonais pour réveiller une attaque orpheline de Gaël Kakuta et particulièrement brouillonne depuis le début de la saison. « A 2-0, on a changé de système et cela a peut-être apporté un peu de vitesse dans nos prises de décisions. On fait ce qu’on peut mais il ne faut pas être devin pour voir qu’il nous manque des joueurs offensifs, clame Pélissier. Nous avons perdu pratiquement toute notre animation offensive de l’année dernière et on n’a recruté que Juan (Otero). On a besoin de joueurs qui nous apportent un poids offensif, c’est même vital pour nous. Il reste dix jours pour bénéficier, je l’espère, d’apports offensifs qui nous apportent un plus»

Sans quoi la saison de l’Amiens SC pourrait s’avérer particulièrement délicate. Sachant que Christophe Pélissier considère son équipe comme « déjà en danger », le temps presse donc pour casser cette spirale de la défaite et surtout renforcer un effectif qui s’avère trop juste en quantité et surtout en qualité sur le plan offensif. Pour y remédier, les dirigeants amiénois visent un joueur offensif polyvalent et un attaquant. Ne reste plus qu’à concrétiser ces dossiers. 

Romain PECHON

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !

Laisser un commentaire