Dans l’attente de la validation de sa réintégration en Ligue 1, sa relégation ayant été suspendue par l’ordonnance rendue par le juge des référés du Conseil d’Etat, l’Amiens SC a proposé plusieurs solutions à la Ligue dans l’optique d’une saison 2020/2021 à 22 clubs.

Publicité

Reprendre plus tôt que prévu

Comme annoncé par nos soins mercredi matin, l’Amiens SC a soumis quatre propositions de calendrier à la Ligue de football professionnel (LFP), visant à démontrer que l’hypothèse d’une saison à 42 journées était bel et bien viable. « Amiens n’est pas l’organisateur du championnat de France de football, et son avocat l’est encore moins, a précisé Olivier Martin, un des trois avocats du club, à nos confrères de 20 Minutes. On ne peut donner que des pistes de travail pour l’organisation du calendrier. Le Conseil d’Etat a demandé à la LFP de lui donner les éléments pour montrer que ce n’était pas possible, et a demandé à Amiens de prouver que ça l’était. »

Publicité

Et alors que les doutes sont nombreux sur la capacité de disputer 42 journées entre la fin août et la mi-mai, malgré la suppression de la Coupe de la Ligue, tout en prenant en compte les dates réservées pour la Coupe d’Europe et les trêves internationales, l’Amiens SC propose tout simplement de débuter la saison plus tôt que prévu. A l’heure actuelle, la saison 2020/2021 de Ligue 1 doit démarrer le week-end du 22 et 23 août, soit quinze jours plus tard qu’à l’accoutumée. Dans l’optique de gagner une à trois dates, les dirigeants amiénois ont soumis l’idée de redémarrer le 2, 9 ou 16 août, si les conditions sanitaires sont réunies.

Publicité

L’hypothèse d’un boxing day pendant les fêtes

Sachant qu’une majorité de clubs français vont reprendre l’entraînement d’ici une quinzaine de jours, la possibilité d’anticiper la reprise est loin d’être saugrenue, encore plus pour des joueurs qui n’ont plus disputé le moindre match depuis début mars. A l’inverse, la possibilité d’instaurer un boxing-day risque de diviser davantage les principaux acteurs. Présente dans la culture anglaise, cette proposition n’a que très rarement fait l’unanimité en France. Surtout, la convention collective du football professionnel oblige les clubs à donner une semaine de vacances à leurs joueurs durant la période des fêtes.

Finalement, le meilleur argument possible pour l’Amiens SC reste la suppression de la Coupe de Ligue, libérant quatre dates entre octobre et janvier. Pour autant, les clubs européens, qui entraient déjà en lice un tour plus tard que les autres clubs de Ligue 1, ont milité pour la suppression de cette compétition afin d’alléger leur calendrier. En outre, le passage d’une Ligue 1 à 22 clubs nécessiterait de renégocier le contrat de droits TV pour la saison 2020/2021, 76 matches supplémentaires étant à commercialiser. Une mesure qui serait de nature à fragiliser l’accord passé avec Mediapro en 2018, dans un contexte économique bien plus favorable qu’aujourd’hui.

Quoi qu’il en soit, même avec une saison démarrant plus tard, même avec l’échéance de l’Euro à disputer à l’été 2021, une Ligue 1 à 22 clubs, sur une base de 42 journées, terminant le 23 mai, est tout à fait envisageable. Encore faut-il que la volonté soit présente du côté de la Ligue et de la Fédération…

A lire aussi :

Amiens SC : L’épineux dossier Gaël Kakuta

L’Amiens SC regrette l’attitude « schizophrène du football français »

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !

Laisser un commentaire