Depuis son accession à la Ligue 1, l’Amiens SC n’a eu de cesse d’accueillir des joueurs internationaux, pour beaucoup inconnus du grand public. De Bongani Zungu à Haitam Aleesami, ils composent aujourd’hui un effectif hétéroclite, symbolisant le chemin parcouru par le club présidé par Bernard Joannin depuis trois ans.

L’internationalisation de l’effectif

Avec un des effectifs les plus conséquents de l’élite, Amiens a misé sur des joueurs étrangers pour espérer se maintenir une troisième année de suite en Ligue 1 Conforama. Principalement pour une question de coût, le joueur étranger étant bien moins onéreux que le joueur français, le club a décidé d’appliquer cette politique de recrutement risquée mais jusqu’ici plutôt payante.

L’Amiens SC comporte ainsi dans ses rangs pas moins de treize nationalités différentes, ce qui le classe quatrième au classement des formations comprenant le plus de nationalités au sein de leur effectif. Au total, les joueurs étrangers représentent pas moins de 43% de l’effectif mis à disposition de Luka Elsner, lui-même d’origine étrangère (Slovène) bien qu’intimement lié à la France.

Des étrangers internationaux

Zungu, Ghoddos, Aleesami, Chedjou, Konaté, Kakuta, Akolo, c’est autant de joueurs appelés régulièrement en sélection qui composent le groupe amiénois. Pas tous titulaires, ils côtoient un niveau international à chaque trêve leur permettant de s’aguerrir et attestant d’une valeur certaine. Ajoutez à cela Bakaye Dibassy, qui a progressé et découvert la sélection sous le maillot amiénois.

Ainsi, ce sont pas moins de cinq éléments du groupe professionnel (Aleesami, Akolo, Kakuta, Zungu, Lahne et Eneme-Ella) qui sont partis rejoindre leur sélection durant cette trêve internationale. Si cela peut être vu comme un point faible avec l’enchaînement des matchs et les longs voyages de Zungu (Afrique du Sud) ou bien encore Konaté (Sénégal), blessé pour ce rassemblement, l’Amiens SC tient là une équipe bâtie pour le maintien.

Un slovène à la baguette 

Dans le sillage de l’Olympique de Marseille ou bien encore du Paris Saint-Germain, l’Amiens SC fait partie de ces clubs qui ont décidé de miser sur un coach étranger pour atteindre son objectif. Après quatre saisons sous la houlette de Christophe Pélissier, les dirigeants du club picard ont fait un choix d’autant plus audacieux que Luka Elsner est démuni d’expérience à ce niveau de la compétition.

Mais là où Luka Elsner peut avoir une longueur d’avance sur son prédécesseur, c’est au niveau de la maîtrise des langues étrangères. Après avoir bourlingué dans de nombreux pays (Slovène, Chypre, France, Belgique) et avoir été en prise avec plusieurs cultures, l’actuel entraîneur de l’Amiens SC maîtrise pas moins de cinq langues, un atout considérable au moment de gérer un vestiaire polyglotte comme celui de l’Amiens SC.


Les clubs comportant le plus d’étrangers :

1er : Monaco et Paris (20 joueurs)

2ème : Bordeaux, Lyon, Metz (16 joueurs)

3ème : Amiens (15 joueurs)

Les clubs comportant le moins d’étrangers :

1er : Brest (3 joueurs)

2ème : Nîmes (5 joueurs)

3ème : Marseille (8 joueurs)

CLUBS EFFECTIF ETRANGERS NATIONALITES POURCENTAGE D’ETRANGERS DANS L’EFFECTIF

 

AMIENS 35 15 13 43%
ANGERS 23 9 9 39%
BORDEAUX 33 16 14 48%
BREST 27 3 4 11%
DIJON 27 13 11 48%
LILLE 29 11 12 38%
LYON 25 16 10 64%
MARSEILLE 23 8 9 35%
METZ 29 16 8 55%
MONACO 31 20 16 64%
MONTPELLIER 21 10 10 48%
NANTES 23 12 9 48%
NICE 32 13 9 41%
NÎMES 23 5 6 22%
PARIS 29 20 12 69%
REIMS 30 13 14 43%
RENNES 33 10 9 30%
SAINT ETIENNE 33 10 11 30%
STRASBOURG 30 11 11 37%
TOULOUSE 26 9 8 35%

 

Victor DEMARCY

A lire aussi :

Amiens SC : La menace plane sur Monconduit et Guirassy

Bakaye Dibassy : « On n’a pas beaucoup de droit à l’erreur »

Laisser un commentaire