L’Amiens SC n’a plus beaucoup de marge

amiens sc nantes

Battu à Nantes (3-2), l’Amiens SC ne compte plus que quatre points d’avance sur le barragiste, Dijon, vainqueur de Rennes en ouverture de la journée. Grand perdant du week-end dans la course au maintien, les Amiénois restent toutefois maîtres de leur destin.

Un matelas qui s’effrite

A cinq journées du terme, le danger est toujours d’actualité pour l’Amiens SC. Après avoir longtemps compté sept points d’avance sur la zone rouge, les Picards n’en ont plus que quatre au lendemain de leur première défaite en huit rencontres. Surtout, Caen, dix-neuvième et premier relégable, est aussi revenu à six points après son court et précieux succès à Nice (0-1). De quoi remettre Amiens sous pression avant la réception de Strasbourg, dimanche prochain ? « On ne s’occupe que de nous, pas de ce qui se passe à côté, assure Christophe Pélissier. Ce ne sont pas les autres qui vont nous offrir le maintien. C’est à nous de gagner les matches. »

Or, Amiens n’a plus goûté au succès depuis cinq rencontres. Et si les points glanés en cours de route contre Angers, Bordeaux, Saint-Etienne et Dijon permettent de faire tourner le compteur – selon l’expression consacrée par l’entraîneur amiénois – celui des poursuivants directs tourne finalement plus vite au bénéfice des victoires acquises ici et là. Une situation qui n’inquiète pas pour autant Alexis Blin, le milieu de terrain de l’Amiens SC : « Le destin nous appartient, c’est comme ça qu’il faut aborder les choses. On est à cinq matches de la fin et on compte toujours quatre points d’avance. Je préfère ça que d’être à la place de Dijon. A nous d’assumer ce rôle. »

Une fatigue qui s’installe

Encore faut-il qu’il reste suffisamment d’essence dans le réservoir pour tenir la distance sur les cinq matches restants. Or, Amiens a donné le sentiment de souffrir physiquement, pendant une heure, contre Nantes, dans la lignée de sa dernière sortie à Dijon. « C’est normal, c’est la fin de saison et les organismes sont véritablement entamés, reconnaît Christophe Pélissier. On ne peut pas demander aux joueurs d’être performants pendant onze mois. Il y a à la fois la fatigue physique et la fatigue mentale quand on joue le maintien toute la saison. Ça va se jouer au mental et j’ai confiance en mes joueurs pour qu’ils aillent chercher notre objectif sur les matches à venir. »

Pour y parvenir, l’entraîneur de l’Amiens SC pourra s’appuyer sur la réaction d’orgueil de ses joueurs, revenus à 3-2 après avoir été menés 3-0 à l’heure de jeu. « L’entrée de Cheick (Timité) et le passage en 4-4-2 nous ont fait beaucoup de bien, analyse Alexis Blin. On aurait pu flancher mais on est revenus à 3-2 en s’accrochant en fin de match. » Malheureusement, bien trop tard pour accrocher ne serait-ce qu’un point miraculeux. Faute de mieux, Amiens a au moins limité les dégâts au niveau de sa différence de buts. Il faudra désormais retrouver un second souffle, peut-être même compter sur des retours de blessure, pour espérer mieux sur les prochains matches. Le maintien en Ligue 1 de l’Amiens SC en dépend.

Romain PECHON

Laisser un commentaire