Après trois matches de suite en 3-4-3, Luka Elsner avait décidé de revenir dans un traditionnel 4-4-2 pour la réception de Reims, mercredi soir. Un choix motivé par un désir d’amener plus de densité offensive autour du tandem Konaté-Guirassy. Sans succès. 

Un duo complémentaire ?

Zéro, c’est le nombre de tirs tentés par l’Amiens SC en première période contre Reims. Pourtant, Luka Elsner avait misé sur le duo Guirassy-Konaté pour tenter de redonner un allant offensif à son équipe, trop peu dangereuse depuis de longues semaines. « On ne l’a pas utilisé souvent (ndlr : ce duo) parce que Moussa (Konaté) n’était pas disponible donc il est possible que l’on puisse revoir cette association parce qu’ils s’entendent bien, assure l’entraîneur amiénois. Avec le jeu direct, qui va au-delà des lignes, sur les deux, ça nous permet d’avoir tout de suite des points d’appui, on peut faire progresser le ballon beaucoup plus vite, sans perdre de temps. »

Et même si l’international sénégalais a trouvé le chemin des filets, s’y reprenant à deux fois pour transformer son penalty, le duo qu’il forme avec Serhou Guirassy n’a pas crevé l’écran, loin de là même. S’ils peuvent servir de point d’appui, les deux joueurs manquent cruellement de vitesse pour donner de la profondeur au jeu amiénois. Conscient de cela, Luka Elsner avait un tout autre plan de jeu en tête avec ce 4-4-2 : « C’était d’aller les contourner pour pouvoir, sur des centres, les mettre en difficulté et puis, sur du jeu direct, pratiquement en un contre un sur leur défense centrale, essayer de court-circuiter leurs phases défensives avec les deux attaquants et les quatre milieux. » 

Or, Amiens n’est parvenu à le faire que pendant un gros quart d’heure, en début de seconde période, et au prix d’une importante débauche d’énergie. Un rythme difficile à maintenir sur l’ensemble d’une rencontre. Or, Amiens apparaît totalement démuni, incapable de faire mal à l’adversaire, sans cette intensité de tous les instants. D’autant que les centres n’ont pas été légion et rarement de bonne qualité face à Reims.

Romain PECHON

A lire aussi : 

Amiens SC : Luka Elsner lance un avertissement à ses joueurs !

Amiens SC : Pourquoi Thomas Monconduit n’a pas débuté la rencontre ?

2 Commentaires

  1. Le mental fait beaucoup dans la tête d’un joueur, mais la volonté d’en avoir un solide est une chose à part. Seule la volonté de vouloir être combatif peut modifier la teneur des matches qui vont suivre. A chacun sa manière d’aborder les matches, mais vouloir être un winner s’affiche sur le terrain et non sur le papier ! Qu’on se le dise… ALLEZ AMIENS !

  2. Faire remonter le ballon plus vite avec guyrassy et konate je veux bien mais attention à ne pas laisser guyrassy derrière car vu sa rapidité il risque d’être dépassé pourquoi ne pas essayer jack lann konate

Laisser un commentaire