L’Amiens SC prêt à jouer sa survie vendredi

Malgré sa défaite à Monaco, l’Amiens SC reste maître de son destin dans la course au maintien. Une victoire contre Guingamp, vendredi soir, assurerait le maintien en Ligue 1. A l’inverse, tout autre résultat l’obligerait à se pencher sur le résultat de Caen, principale menace des Picards. Qu’importe le scénario, Amiens est prêt à se battre. 

Amiens a retardé l’échéance

Si le maintien avait été acquis début mai la saison dernière, l’Amiens SC ira cette fois-ci au bout du suspense, comme il y a deux ans avec cette montée historique en Ligue 1 obtenue au bout du temps additionnel de la dernière rencontre de la saison. « On est des habitués. On aime laisser traîner un peu, on aime les films à la Hitchcock, ironise le vice-président Luigi Mulazzi. En tout cas, on ne doute pas et on a toujours notre destin en main. On va donc attendre la dernière minute du dernier match s’il le faut. »

Et même si le maintien semblait en bonne voie fin mars, Amiens comptant alors jusqu’à sept points d’avance sur le barragiste, à ce moment-là Dijon, après ses probants succès contre Caen (1-0), Nice (1-0) et Nîmes (2-1), Christophe Pélissier a toujours eu en tête ce rendez-vous de la dernière journée contre Guingamp : « Je le dis depuis le mois de janvier qu’on est prêt à jouer ce match comme une finale. Maintenant, on y est et il faut bien récupérer pour cette finale à la maison. »

Au risque de tout perdre ?

Or, Amiens donne le sentiment d’être sur la corde raide en cette fin de saison. Incapable de l’emporter depuis plus de deux mois, soit neuf rencontres consécutives sans le moindre succès, la formation entraînée par Christophe Pélissier est avant tout pénalisée par son manque de réalisme offensif. A Monaco, les Picards ont eu l’occasion d’ouvrir le score puis de revenir à hauteur juste avant la mi-temps. Mais que ce soit Guirassy ou Konaté, aucun des deux attaquants samariens n’est parvenu à trouver le cadre.

Un constat d’échec qui se répète semaine après semaine et auquel s’ajoute une impression de lassitude aussi bien physique que mentale se dégageant de cette équipe. « Il y a bien sûr de l’insuffisance sur le plan offensif mais je vois des garçons qui ne lâchent rien et qui donnent tout ce qu’ils ont, réfute Christophe Pélissier. Ils ne vont donc rien lâcher et on va jouer le match contre Guingamp pour le gagner. On va travailler pour mettre des buts car c’est indispensable pour gagner. » Et ainsi s’offrir, coûte que coûte, une troisième saison en Ligue 1.

Romain PECHON

Laisser un commentaire