Un peu plus de cinq mois après son dernier match officiel et suite à un combat juridico-médiatique qui n’a pas porté ses fruits, l’Amiens SC retrouve le chemin de la compétition officielle – et par la même occasion la Ligue 2 qu’il avait quittée il y a trois ans de cela – ce samedi face à Nancy. Le tout dans le flou le plus total. 

Publicité


Une situation complexe

D’une feuille blanche ou presque, c’est ainsi que l’Amiens SC entame cette nouvelle saison. Celle de la revanche pour certains, plutôt de la peur pour d’autres. En effet, la formation entraînée par Luka Elsner se présente sur la ligne de départ avec très peu de certitudes, suite à un mercato tardif – une nouvelle fois – et surtout à un effectif en totale reconstruction. En effet, hormis Saman Ghoddos, Juan Otero, Chadrac Akolo et Alexis Blin, aucun des joueurs présents ce samedi face à Nancy n’étaient de la partie lors du dernier match de championnat à Marseille en mars dernier. Surtout, ces quatre joueurs avaient débuté la rencontre sur le banc de touche, même si l’Iranien avait arraché l’égalisation dans les ultimes secondes.

Publicité


Face à Nancy, ces quatre hommes devraient débuter la rencontre avec pour mission d’encadrer et d’emmener avec eux la jeune garde du club, lancée dans la fosse aux lions sans filet de protection ou presque. « La charnière est clairement un motif d’inquiétude parce que nous aurons des débutants au niveau professionnel, concède Luka Elsner, qui pourrait être tenté de faire reculer d’un cran Emmanuel Lomotey aux côtés de Nathan Monzango ou de Valentin Gendrey. Maintenant, c’est du football et tout peut se passer et j’espère que ces garçons se révéleront. Je crois fort en ces garçons. Sur la préparation, on a perdu pratiquement tous nos matches mais ils ont tous été serrés. »

Publicité


Un adversaire coriace

De quoi appréhender ce baptême du feu face à Nancy ? « Je n’appréhende pas, mais je ne suis pas détendu ni à l’aise, reconnaissait Luka Elsner en conférence de presse. La situation parle d’elle-même et nous aurons certainement sur le terrain des joueurs qui démarreront leur carrière professionnelle. J’espère que ces joueurs saisiront leurs opportunités. De manière générale, il y a beaucoup de questions au départ de ce championnat et nous faisons partie des équipes sur lesquelles il y a beaucoup de questions. » Espérons donc que ce premier match apporte son lot de réponses et de préférence des réponses positives, après une campagne de matches amicaux guère reluisante au-delà des simples résultats.

Publicité


Toutefois, la tâche ne sera pas aisée contre une équipe lorraine qui n’avait perdu qu’à six reprises la saison dernière, engrangeant pas moins de seize matches nuls en 28 rencontres. « C’est une excellente organisation sur tous les matches. Ils ne connaissent que très peu la défaite, avec une très bonne structure et une vraie discipline, analyse l’entraîneur de l’ASC. Ils sont compétitifs et très expérimentés. Si on combine le nombre de matches, ils en ont plus de mille en L2. 95% de l’effectif présent aujourd’hui était là l’an dernier. On s’attend à jouer une équipe prête. » Ce qui n’est clairement pas le cas de l’Amiens SC qui ne peut tabler ni sur l’expérience ni sur la continuité. Ce qui ne doit pas empêcher les Amiénois de croire en la victoire, un but qui n’a toujours pas été atteint en 2020.

Romain PECHON

AMIENS SC – AS NANCY

1ère journée de Ligue 2 BKT

Samedi 22 août, 19 heures

Stade Crédit Agricole la Licorne

Arbitre : M. Lissorgue

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments