L’Amiens SC tenace mais face à ses limites

régis gurtner

Malgré une belle résistance, l’Amiens SC a fini par craquer face au Paris Saint-Germain (0-3), samedi soir. Une défaite logique qui fait suite à un match nul bien plus frustrant contre Angers (0-0) en milieu de semaine. À mi-parcours, la formation picarde est plus que jamais en sursis, à une inconfortable dix-septième place. 

Un sentiment d’injustice…

Bien qu’Amiens ait affiché de bonnes dispositions la semaine dernière, le bilan comptable en 2019 est sans appel : un seul point pris en deux matches. Et même si les Amiénois ruminent encore certaines décisions prises par Monsieur Batta samedi soir, à commencer par le penalty concédé par Alexis Blin, cette douzième défaite de la saison, face au champion de France en titre, n’a rien d’infamant.

Néanmoins, Christophe Pélissier avait bien du mal à cacher sa frustration en conférence de presse. « Perdre de cette façon, c’est assez rageant. À chaque fois qu’on joue contre une grosse équipe, on n’est pas aidé par l’arbitrage. Depuis le début de la saison, on en est quand même à neuf penaltys sifflés contre nous. Mais aussi une nouvelle expulsion après celle contre Lyon, énumère l’entraîneur amiénois. Encore une fois, c’est plus facile de siffler contre Amiens. »

…et des limites structurelles…

S’il est vrai que l’arbitrage de Monsieur Batta ne s’avère pas toujours très inspiré, difficile pour autant de le désigner comme unique responsable de la défaite amiénoise face à l’ogre parisien. D’autant qu’Amiens a eu l’occasion de faire basculer la rencontre en sa faveur juste avant la mi-temps. À la réception d’un centre de Mendoza, amorti involontairement par Krafth, Gnahoré manquait de promptitude à la finition.

De quoi laisser quelques regrets à Régis Gurtner, impuissant par la suite sur les trois buts parisiens. « Si on arrive à mener 1-0, peut-être que le match est différent, souffle le gardien amiénois. Malheureusement pour nous, on ne convertit pas cette occasion. Il va falloir provoquer encore un peu plus la réussite sur les matches à venir et faire preuve d’un peu plus de caractère pour gagner en efficacité et prendre des points. »

…Débouchant sur une semaine paradoxale 

Très différents dans leur scénario, les matches contre Angers et Paris ont toutefois comme point commun d’avoir mis encore un peu plus en lumière les carences offensives de l’Amiens SC. Malgré un Cheick Timité décomplexé à la pointe de l’attaque picarde, le dix-septième de Ligue 1 n’est pas parvenu à faire trembler les filets adverses. Pourtant, ce ne sont pas les occasions de le faire qui ont manqué face aux Angevins, mardi soir.

Cependant, là encore, Amiens a fait preuve d’une maladresse évidente, en ne cadrant qu’à cinq reprises pour un total de vingt tentatives. Ajoutez à cela un certain sentiment d’injustice à l’issue de la rencontre face au Paris Saint-Germain et vous obtenez des joueurs et un entraîneur particulièrement frustrés de ne pas avoir été récompensés de leurs efforts à l’issue d’une semaine de compétition particulièrement rageante et pour le moins paradoxale.

Premier non relégable avant d’aller à Lille et recevoir Lyon d’ici la fin du mois, l’Amiens SC est plus que jamais en sursis. Le tout avec un mercato hivernal actuellement au point mort en toile de fond. Le temps presse déjà.

Romain PECHON

3 Commentaires

  1. Pas injustement…. le mercato doit pallier à nos déficiences…
    Notre Président doit lâcher une somme d’argent non négligeable pour recruter intelligemment.
    Attention tout de même, si nous attendons la fin du mercato, il nous restera les charrettes à quatre sous.
    Malgré tout, j’y crois encore…nous avons du potentiel…Amiens est une grande équipe !!!
    Bernard, s’il te plait deux ou trois recrues pour débloquer notre situation….

  2. Notre chance c est que encore une fois nos concurrents directs n ont pas gagné ce week-end Caen Toulouse guingamp Dijon et ça c est plutôt bien pour nous !!! ⚽️⚽️

Laisser un commentaire