L’Amiens SC va enfin savoir !


Après une audience devant le Conseil d’Etat longue de trois heures jeudi dernier, l’Amiens SC va être fixé, en ce début de semaine sur son avenir à court terme. En effet, si la plus haute autorité juridique du football français décide de suspendre les décisions prises par le Conseil d’administration de la Ligue de football professionnel (LFP), le club picard pourra encore envisager un repêchage en Ligue 1. Dans le cas contraire, sa descente sera définitivement entérinée. 

La suite après cette publicité

Une bataille longue d’un mois

Le temps n’a certainement jamais semblé aussi long dans les bureaux de l’Amiens SC. Après plus d’un mois de lutte, l’unique club picard ayant atteint l’élite du football français devrait être fixé sur son sort ce mardi, selon les informations corrigées du Figaro. Depuis le 30 avril dernier, date du Conseil d’administration de la LFP actant la fin de la saison 2019/2020 de Ligue 1, l’établissement du classement au quotient et la validation des deux descentes et deux montées, le club présidé par Bernard Joannin est effectivement entré en résistance. Après une longue et intense campagne médiatique, marquée par une succession de Facebook Live et des campagnes publicitaires dans les principaux organes de presse, le dix-neuvième de Ligue 1 a saisi la justice pour contester sa relégation en Ligue 2.

La suite après cette publicité

Les motivations de cette procédure juridique ont ainsi été dévoilées le 12 mai dernier, lors d’une conférence de presse organisée au stade Crédit Agricole la Licorne, au lendemain du début du déconfinement. Ce jour-là, Bernard Joannin a été pour le moins explicite : « On nous contraint à nous battre, à aller en justice contre cette décision inique, injuste, incohérente et infondée ». Dès lors, le président amiénois a fait part de son désir de se battre « pour l’équité sportive et contre cette décision sanction ». Sur le terrain médiatique, l’ASC a ainsi défendu l’hypothèse d’une Ligue 1 à 22 la saison prochaine, stipulant que le club était prêt à abandonner sa part d’augmentation de droits TV. Ainsi, une pétition lancée en ligne allant dans ce sens a recueilli près de 20 000 signataires.

La suite après cette publicité

Bientôt l’épilogue de la procédure juridique suspensive

Sur le plan juridique, l’Amiens SC s’est astreint les services d’un avocat spécialisé en droits du sport, le dénommé Christophe Bertrand, déjà au front pour défendre les intérêts de Luzenac en 2014. « Le choix a été fait de ne pas contester l’arrêt du championnat, ce n’est pas l’objet de la procédure, cela aurait été déplacé, affirmait l’intéressé le 12 mai dernier. Par contre, ce que nous contestons, ce sont les conséquences des décisions prises. C’est de dire, alors que le championnat n’est pas terminé, qu’il reste dix journées, peut-on déclarer qu’il y a des perdants, des relégations sportives ? La question posée au juge est de savoir si cette décision est fondée ou infondée. »

La suite après cette publicité

Renvoyé devant le Conseil d’Etat par le tribunal administratif de Paris, qui ne s’est pas jugé compétent pour statuer sur le conflit qui l’opposait à la Ligue, l’Amiens SC a donc été entendu jeudi dernier, durant près de trois heures, par le juge des référés de cette dite juridiction. A l’issue de cette audience, Alain Gest, président d’Amiens Métropole, auteur d’un recours en référé au nom de la collectivité territoriale, se montrait plutôt optimiste. « Le débat a duré trois heures et j’ai trouvé le magistrat extrêmement à l’écoute. Il a posé plein de questions pertinentes et la Ligue n’a pas toujours été à l’aise, glisse-t-il. Il y a eu des échanges fournis et ce qui est important, c’est qu’il a beaucoup insisté sur le caractère délicat de la méthode de la relégation. »

En effet, le juge des référés a demandé à la Ligue des éléments supplémentaires à propos de la non-faisabilité d’un championnat de Ligue 1 à 22 clubs la saison prochaine. Tout comme les clubs, l’instance a eu jusqu’à samedi, 13 heures, pour fournir toutes les pièces complémentaires essentielles au dossier. Et après un week-end d’analyse de ces nouveaux éléments, l’ordonnance du Conseil d’Etat devrait être rendue publique en ce début d’après-midi. Pour rappel, celle-ci statuera sur la légalité de l’arrêt définitif de la saison 2019/2020 et non pas sur un potentiel repêchage de l’Amiens SC dans une Ligue 1 à 22.

Pour autant, si la Ligue était finalement déboutée par le juge des référés, il adviendrait à l’instance de trouver une nouvelle solution que celle votée par son conseil d’administration, le 30 avril dernier. Dès lors, l’espoir d’une réintégration en Ligue 1 serait total pour l’ASC. A l’inverse, une confirmation des décisions prises par la Ligue entérinerait la relégation du club en Ligue 2, l’ordonnance prise ce lundi ne pouvant faire l’objet d’un appel. Il faudra ensuite attendre la requête sur le fond, jugée dans plusieurs mois, pour savoir si Amiens peut finalement obtenir des dommages et intérêts. Ce qui ne compenserait jamais une descente en Ligue 2.  

MAJ 08/06 : Le Conseil d’Etat rendra sa décision demain voire mercredi, selon les dernières informations du Figaro.

A lire aussi : 

Ligue 1/Ligue 2 : Les raisons du refus du passage à 22 !

L’Amiens SC prépare déjà la saison prochaine

Laisser un commentaire