L’Amiens SC veut se rappeler à son bon souvenir


De retour sur les terres de son exploit le plus retentissant, l’Amiens SC ne compte pas se laisser envahir par les vieux fantômes alors que son avenir en Ligue 1 est actuellement en jeu. Quand bien même Reims est actuellement irrésistible. 

La suite après cette publicité

Pousser le parallèle jusqu’au bout

C’est bien connu la mémoire est sélective et la tendance à oublier les mauvais souvenirs au détriment des plus beaux souvent bien trop tentante. Ainsi, l’évocation de Reims nous ramène forcément au match de la montée le 19 mai 2017, toutefois ce déplacement en Champagne peut aussi nous replonger un peu plus d’un an en arrière. Plus précisément le 24 février 2018. A ce moment-là, Amiens n’a gagné qu’un seul de ses onze derniers matches de championnat. Surtout, le promu de l’époque est alors barragiste avec 26 points au compteur. Le tout en affichant, comme cette saison, seulement deux victoires à l’extérieur au moment d’aller défier Nantes, alors candidat à l’Europe en pleine bourre sous la houlette de Claudio Ranieri.

La suite après cette publicité

Si les Canaris venaient de moins loin que les Rémois, encore en Ligue 2 la saison dernière, ils demeuraient eux aussi la sensation du championnat à douze journées du terme. Comme Reims, ils occupaient la sixième place à ce stade de la saison. Comme Reims, ils abordaient cette rencontre dans le costume de favori. Et pourtant, Amiens déjouait tous les pronostics en livrant un match de guerriers pour s’adjuger un court et précieux succès dans la course au maintien. « Cela avait été une victoire fondatrice pour la fin de saison, se remémore Pélissier. On avait marqué en première mi-temps puis en deuxième mi-temps on avait joué dans nos dix-huit mètres. Si on pouvait, au même moment, aller gagner ce match à l’extérieur que l’on attend, ce serait très bien. »

La suite après cette publicité

Relever le défi rémois

Effectivement, Amiens n’a plus gagné loin de ses bases depuis le déplacement à Guingamp, le 8 décembre dernier. « Les deux victoires à domicile nous donnent un bol d’air mais on doit aussi être performants à l’extérieur, ce que l’on n’a pas su faire depuis le mois de janvier, reconnaît l’entraîneur de l’ASC. A chaque fois, on n’était pas loin mais il nous a manqué ce petit quelque chose pour prendre des points. On n’a pas su être assez efficace défensivement pendant 95 minutes, ce qu’on arrivait à faire l’année dernière, et être plus tueurs devant. » Une formule que Reims met parfaitement à exécution depuis le début de la saison. « Reims n’est pas sixième du classement pour rien. Ils sont capables de marquer très tôt dans le match et de mettre une grosse pression, constate Pélissier. C’est une équipe qui a une grosse confiance. »

La suite après cette publicité

Sur une série de dix matches sans défaite, Reims surfe actuellement sur une vague qui l’amène à rêver d’Europe . « A nous de bloquer cette série et d’enclencher la nôtre. On monte en puissance et j’attends qu’on soit à la hauteur de la qualité de notre match face à Nice, aspire Pélissier. Il faudra être très fort sous pression pour sortir du pressing adverse mais aussi faire ce qu’on fait à la maison en mettant nous-mêmes la pression et en ne reculant pas. » Un mot d’ordre entendu par Alexis Blin : « A Reims, on reproduira peut-être le même schéma de jeu que contre Nice, où on avait mis beaucoup d’impact en début de match pour ne pas les laisser repartir de derrière. Ensuite, on peut s’appuyer sur deux attaquants qui sont difficiles à bouger pour les défenses. »

Reste à savoir si Christophe Pélissier pourra s’appuyer sur l’ensemble de ses forces vives, Konaté, Mendoza et Otero étant incertains. Quoi qu’il en soit, Amiens est prêt à livrer bataille pour garder la main dans la course au maintien. 

Romain PECHON

Laisser un commentaire