L’AS Monaco en pleine crise avant Amiens ?

@Panoramic

Premier non-relégable, à égalité de points avec le barragiste Caen, Monaco vit une saison particulièrement galère. Et aux antipodes des ambitions affichées en début de saison. Alors que le couperet d’une relégation est toujours d’actualité, le vestiaire monégasque serait fissuré de toutes parts. Ambiance. 

Fracture entre Jardim et ses joueurs ?

Monaco n’était pas conditionné pour jouer le maintien. Et cela commence à se faire ressentir en cette fin de saison. Outre l’incroyable valse des entraîneurs entre Thierry Henry et Leonardo Jardim, en poste en début de saison et revenu aux affaires le 25 janvier dernier, la saison de l’ASM s’apparente à un véritable calvaire. Ridicule en Ligue des Champions, éliminé en 1/2 finale de la Coupe de la Ligue, soldant ses derniers espoirs de qualification européenne. Le club du Rocher semblait avoir retrouvé un certain allant en championnat courant février, enchaînant quatre victoires de rang pour s’extirper de la zone rouge.

Et alors qu’on pensait Monaco définitivement sorti d’affaire, les coéquipiers de Kamil Glik ont enchaîné sept rencontres sans succès (quatre défaites et trois nuls). Pour finalement retomber à une inconfortable dix-septième place. Aujourd’hui, le spectre d’une nouvelle relégation, huit ans après, plane plus que jamais au-dessus du club présidé par Dmitri Rybolovlev. D’autant le vestiaire serait fissuré de toutes parts selon les informations de Monaco-Matin. « On vient d’enchaîner une mauvaise série de résultats et le onze de départ ne change pas. Quel est le message envoyé ? L’équipe ne fonctionne pas, mais strictement rien ne bouge », a confié un membre du club au quotidien.

Et alors qu’Amiens affiche une certaine unité dans sa quête de maintien, Monaco serait gangrené par l’existence de clans au sein même de son vestiaire. Ainsi, Djibril Sidibé, Rony Lopes, Aleksandr Golovin et Jemerson seraient la cible des remarques de certains remplaçants, lassés de les voir enchaîner les titularisations semaine après semaine malgré un niveau de performance insuffisant, poursuit Monaco-Matin. Propulsé dans le onze de départ par Thierry Henry, le jeune Benoît Badiashile a même été évincé au profit d’un Naldo qui ne donne guère satisfaction. De quoi créer des tensions au sein d’un vestiaire qui considère que le statut prévaut sur le niveau de performance.

En difficulté sur le terrain, Monaco semble également traverser une période de tensions extrêmes en interne. Une réaction collective est attendue contre Amiens samedi soir, afin d’éviter une relégation en Ligue 2. Cependant, des doutes persistent sur l’unité de ce groupe qui semble s’être désagrégé. Deux ans seulement après son incroyable saison couronnée du titre de Champion de France et d’une demi-finale de Champions League.

Source : Monaco Matin

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire