Le 11 historique de l’Amiens SC : les latéraux

Durant les fêtes de fin d’année, le 11 Amiénois vous propose de désigner le 11 type de l’Amiens SC depuis la saison 1992-1993 à aujourd’hui. Pour chaque poste, nous avons fait une sélection de joueurs ayant marqué leur époque. Ensuite, deux de nos experts vous donneront leur favori. Puis, ce sera votre tour avec le sondage qui permettra de découvrir votre 11 historique. Après la lutte pour le poste de gardien de but, évoquons les latéraux.


Notre sélection de latéraux droit


David Hamed : 160 matches de 1996 à 2010.

Son fait d’armes : Trois passages à l’Amiens SC. En effet, après 2 saisons entre 1996 et 1998, il fait une grande partie de sa carrière à Troyes. Mais, pour la saison 2007-2008, il revient à l’Amiens SC en Ligue 2. Non prolongé la saison suivante, il revient en National lors de la saison 2009-2010. L’amour comme un boomerang…


Arnaud Lebrun : 171 matches de 1998 à 2005.

Son fait d’armes : Une épopée en Coupe de France en 2001. Titulaire inamovible du flanc droit, il avait été particulièrement bon les saisons après cette finale. Son investissement tout au long de son passage amiénois le place dans la liste. Il fut un joueur fidèle qui aura effectué la plus grande partie de sa carrière à Amiens.


David Vairelles : 91 matches de 2005 à 2008.

Son fait d’armes : Avoir joué plus de 100 matches chez l’ennemi juré de l’époque, l’AS Beauvais Oise, et s’être imposé à l’Amiens SC. Il a fait également partie de l’équipe qui a frôlé la Ligue 1 en 2007.


Samuel Allegro : 75 matches de 2008 à 2010.

Son fait d’armes : Il rejoint le club après une descente en National n’hésitant pas à quitter le FC Metz. Dans une période loin d’être faste, son expérience aura été très utile.


Oualid El Hajjam : 104 matches de 2012 à aujourd’hui.

Son fait d’armes : Toujours avoir su élever son niveau de jeu pour s’imposer comme titulaire quelque soit la concurrence proposée. Chaque saison, le coach lui annonçait qu’il allait être doublure. Mais chaque saison, il se rendait indispensable. Jusqu’en Ligue 1…


Le choix de nos experts


Kévin KONRAD : Arnaud Lebrun

Quelle épopée son équipe nous a fait vivre. Sous la houlette de Denis Troch, ils atteignaient la finale de la coupe de France. Emmenant les Strasbourgeois jusqu’à la fatidique séance de tirs au but, les Amiénois n’avaient pas à rougir de leur performance. Si le titulaire du poste à l’époque avait été Cédric Fontaine, il s’installait dès la saison suivante comme un titulaire à part entière. Très bon sur les centres, souvent aux abords de la surface pour tenter de convertir ses occasions, il était, de plus, important sur les corners grâce à son très bon timing. Il aura marqué son époque.

Cédric QUIGNON : David Hamed

Arrivé au début de sa carrière en provenance d’Istres, son premier passage au sein du club fut sa rampe de lancement dans un parcours qui l’emmena jusqu’en Division 1 – avec Troyes, Istres et Sedan – et à la Coupe de l’UEFA. Latéral moderne, à l’aise défensivement mais avec de réelles qualités de débordement, il est pour moi le latéral droit doté des meilleures qualités intrinsèques de tous les membres de cette liste, même si ses différents passages au sein du club n’ont pas toujours coïncidé avec des périodes fastueuses pour l’ASC. Cependant, les plus nostalgiques se souviendront qu’il fut le latéral droit titulaire de la meilleure saison de l’ASC d’Arnaud Dos Santos (1997-1998) en y ayant côtoyé Olivier Pickeu, Raymond Lokuli, Ludovic Jumel ou encore Lakhdar Adjali.


Notre sélection de latéraux gauche


Frédéric Viseux : 57 matches de 1995 à 1997.

Son fait d’armes : « Seulement » 57 matches sous la houlette d’Arnaud Dos Santos. Mais Frédéric Viseux, malgré un pied droit fort fut un vrai spécialiste du poste alors que beaucoup y avaient été placés par intérim de part leur polyvalence. Il cumule deux saisons avant de poursuivre une belle carrière en Deuxième Division à Sochaux, Lille – où il fut sacré champion de France en 2000 – et Caen. Il n’aura laissé que de bons souvenirs.


Jean-Marie Stéphanopoli : 97 matches de 2001 à 2004.

Son fait d’armes : Avoir été joueur de l’ASC et adjoint de Christophe Pélissier. En effet, les deux hommes s’étaient connus à Luzenac, c’était donc naturel de le voir cette saison intégrer le staff de l’Amiens SC. En tant que joueur, il était un joueur de devoir. Il l’est tout autant en tant qu’adjoint.


Aurélien Boche : 102 matches de 2006 à 2010.

Son fait d’armes : Avoir découvert le monde professionnel à l’Amiens SC. En effet, avant de rejoindre l’ASC, il venait du monde amateur et était un inconnu. Très vite, il est devenu un des chouchous du public de la Licorne.


Julien Ielsch : 157 matches de 2010 à 2018.

Son fait d’armes : Avoir découvert la Ligue 1 à 34 ans grâce à l’Amiens SC. En effet, il a tout connu à l’Amiens SC. Une montée de National en Ligue 2, une rétrogradation en National, la double montée de National en Ligue 1 Conforama. Bref, un parcours héroïque.


Danilo Avelar : 25 matches de 2017 à 2018.

Son fait d’armes : Son but à Montpellier. En effet, malgré sa seule saison passé à Amiens, Danilo est probablement l’un des joueurs que les Amiénois souhaiteraient le plus revoir sous le maillot de l’ASC. Avec notamment son but égalisateur à Montpellier, d’un ciseau improbable, il aura marqué la première saison de l’Amiens SC dans l’élite de son empreinte.


Le choix de nos experts


Kévin KONRAD : Julien Ielsch

Pour moi, il ne pouvait qu’être le meilleur latéral gauche. Et ce, notamment du fait de sa longévité. Il aura traversé les époques à l’Amiens SC jusqu’à l’apothéose. On se souvient encore de sa course folle suite au but d’Emmanuel Bourgaud. Un joueur de classe, très accessible et vouant une véritable passion pour le football. Il n’hésitait pas à aller voir toutes les catégories du club. Picard d’adoption, il a décidé de poursuivre son aventure en amateur avec la réserve tout en préparant sa reconversion. Un plaisir à regarder jouer tant son activité était incessante.

Cédric QUIGNON : Jean-Marie Stéphanopoli

Où comment allier la nostalgie et le moment présent ! Attiré par Denis Troch – qui l’avait entraîné à Laval – après la remontée de l’ASC en Deuxième Division en 2001, il s’est très vite installé au poste pour en devenir un titulaire indiscutable. Deux saisons terminées au milieu de tableau avant ce fameux opus (2003-2004) où l’ASC se plaça sur le podium les 3/4 de la saison, avant de s’écrouler dans les dernières journées. S’il ne connut donc pas la Ligue 1 à Amiens en tant que joueur, c’est en tant qu’adjoint de Christophe Pélissier que le club profite désormais de son expertise. Le choix du cœur !

Maintenant, c’est à vous de voter !

Le 11 historique de l’Amiens SC : le gardien de but

2 Commentaires

Laisser un commentaire