Les printemps heureux de l’Amiens SC

Amiens SC

L’histoire raconte que l’Amiens SC hausse le ton en deuxième partie de saison, terminant même l’année en boulet de canon depuis l’intronisation de Christophe Pélissier. On s’est donc replongé dans l’histoire récente pour vérifier la véracité de cet axiome. Décryptage.

Intronisé le 31 décembre 2014, Christophe Pélissier a connu six premiers mois compliqués à la tête de l’Amiens SC. Malgré une bonne série en mars-avril, le club picard conclut sa saison sur huit matches sans victoire et termine finalement à une anonyme onzième place, le classement du club lors du limogeage de Samuel Michel. Dès lors, Christophe Pélissier s’entoure de son homme de confiance (Olivier Lagarde) et décide de faire la paire avec Romain Poyet, fraîchement retraité et nommé entraîneur adjoint, pour tenter de faire remonter le club à l’issue de la saison 2015-2016.

Saison 2015-2016 : Douze matches sans défaite pour finir

Khaled Adenon célèbre son but envoyant l’ASC en Ligue 2.

Gurtner, Adenon, Ielsch, Monconduit, Fofana, Soumah, Tinhan ou encore Bourgaud, Amiens rénove complètement son effectif durant l’intersaison. Candidat à la montée, la formation samarienne débute pourtant par trois matches sans victoire, dont un nul contre Chambly au cours duquel Bourgaud, futur héros de tout un peuple, manque un penalty. Au rythme d’une victoire par mois, Amiens conclut la phase aller à la cinquième place, au soir d’une défaite à domicile contre Colmar (1-3), début janvier, avec un bilan de six victoires pour six nuls et cinq défaites, soit 24 points inscrits.

Amiens se retrouve sur le podium pour la première fois de la saison après son succès à Chambly (0-1), le 15 janvier 2016. L’ASC enchaîne alors cinq rencontres sans succès, replongeant le club à la neuvième place, avec seulement quatre longueurs d’avance sur la zone rouge. À partir de là, Amiens enclenche une folle série en s’imposant sur le terrain de Marseille Consolat (0-2), concurrent direct à la montée. Avec huit victoires sur les onze derniers matches, Amiens termine la saison en boulet de canon pour raccrocher le podium à la mi-mai, après une victoire dans le money time à Strasbourg (0-1). Avec huit victoires pour sept matches nul et seulement deux défaites, Amiens comptabilise ainsi 31 points sur la phase retour.

Phase aller : 6V/6N/5D – 24 points

Phase retour : 8V/7N/2D – 31 points

Saison 2016-2017 : Six victoires pour finir

Reims

Promis à la lutte pour le maintien, Amiens s’installe pourtant dans le fauteuil de leader à l’issue de la 6ème journée de Domino’s Ligue 2. Sur le podium durant une grande partie de l’automne, la troupe de Christophe Pélissier dévisse quelque peu à l’approche de Noël. Avec une seule victoire entre la 12ème et la 19ème journée (ndlr : 3-0 contre Brest), le promu boucle finalement la phase aller à la 7ème place avec 29 points inscrits (sept victoires, huit matches nuls, quatre défaites), à quatre longueurs du podium. Un bilan plus que satisfaisant pour une équipe qui ne jouait que le maintien en début de saison.

Après un début d’année civile fort en émotions, avec des victoires au panache contre Strasbourg (4-3) et Lens (2-1), Amiens maintient le cap lors d’un mois de février extrêmement chargé en marquant sept points sur quinze possibles. Surtout, le promu a d’ores et déjà assuré son maintien en comptabilisant 42 points après seulement 26 journées de championnat. Corrigé à Troyes (4-0) début mars, les coéquipiers de Thomas Monconduit donnent alors le sentiment de marquer le pas. Mais malgré des accrocs contre Clermont (0-1) et Auxerre (1-0), Amiens signera huit victoires – dont six de rang – sur les derniers matches d’une saison ponctuée par l’incroyable montée en Ligue 1.

Phase aller : 7V/8N/4D – 29 points

Phase retour : 12V/1N/6D – 37 points

Saison 2017-2018 : Dans le top 10 entre janvier et mai

En Ligue 1 pour la première fois de son histoire, Amiens débute par trois défaites de rang contre Paris (2-0), Angers (0-2) et Saint-Etienne (3-0). Lanterne rouge, les pensionnaires du Stade de la Licorne signent leur premier succès au sein de l’élite contre Nice (3-0), le 26 août 2017. Après quelques balbutiements en septembre, dont notamment l’épisode de la barrière contre Lille, les Amiénois enchaînent une première série de huit rencontres sans défaite pour grimper à la neuvième place. Derrière ça, l’ASC connaît un mois de décembre bien plus compliqué et termine la phase aller au 13ème rang avec 21 points au compteur.

Au retour de la trêve, les hommes de Christophe Pélissier font preuve d’inconstance et abordent donc le déplacement à Nantes, à la mi-février, en qualité de barragiste. Auteurs d’un véritable braquage à la Beaujoire, ils quittent définitivement la zone rouge. Malgré une défaite contre Rennes, Amiens remporte quatre de ses dix derniers matches, signant surtout des résultats de choix contre ses concurrents directs (Troyes, Lille, Caen, Strasbourg, Metz) pour s’offrir le droit de disputer une deuxième saison consécutive en Ligue 1, grâce au dixième bilan de la phase retour avec pas moins de 24 points inscrits entre janvier et mai.

Phase aller : 6V/3N/10D – 21 points

Phase retour : 6V/6N/7D – 24 points

En finalité, Amiens est effectivement plus performant en deuxième partie de saison. Avec en moyenne six points supplémentaires inscrits sur la phase retour ces trois dernières saisons, le club picard peut espérer terminer l’exercice en cours avec un total de 42 points. Si tel était le cas, le club présidé par Bernard Joannin assurerait à coup sûr son avenir en Ligue 1 pour une troisième saison de suite. Reste à savoir si cette démonstration se vérifiera encore cette saison. Au regard de la forme actuelle, on en prend toutefois clairement le chemin. 

Romain PECHON

1 COMMENTAIRE

  1. Tout est dit. Voilà un entraineur qui conviendrait parfaitement aux grandes équipes tel que le PSG. Un entraineur capable de savoir tirer le meilleur de ses joueurs, avec un projet de jeux défini, sur toute la longueur du championnat. Qui est capable de faire monter en puissance une équipe et fédérer tout un club, sans langues de bois, sans s’alarmer, mais à force de travail et de patience pour que l’équipe soit encore plus performante sur la deuxième partie de saison. Bravo et respect à lui. Bravo aussi au staff qui fait du bon boulot derrière pour faire progresser nos joueurs, mais aussi au club, aux dirigeants et aux intendants, qui depuis 3 ans nous régalent. On continue…

Laisser un commentaire